J.-F. Gillet assume mais est déçu sur le banc: "C'était le bon moment pour être numéro 1"

Bailly, notre grand gardien?

Le succès de la génération JO

Estonie-Belgique diffusé sur Club RTL


DIEGEM Bailly ou Gillet, Gillet ou Bailly. Pendant la semaine entière, Dick Advocaat avait gardé le suspense. Samedi, il a tranché, et a pris pas mal d'observateurs à contre-pied. Bailly était au but, malgré le parcours impressionnant de Gillet à Bari. Avec ses quatre buts encaissés en sept matches (cela fait un but toutes les 157 minutes), il est le gardien le moins passé de la Serie A , avec Frey de la Fiorentina. C'est le jeune âge de Bailly (23 contre 30 ans pour Gillet) qui a fait la différence.

Depuis quand saviez-vous que Logan jouerait ?

"Depuis le jour du match. Le coach a annoncé son équipe au groupe. On était deux, il a choisi, c'est tout. Cela ne change rien à ma relation avec Logan. On avait un bon rapport et cela reste ainsi."

Pensiez-vous que vous seriez titulaire?

"Disons que j'espérais. Et donc, je n'ai pas fait des bonds de joie en apprenant la nouvelle. Vu la décision de Stijnen d'arrêter, c'était le bon moment pour devenir numéro 1. Je ne connais pas un seul joueur qui est content en entendant qu'il est sur le banc. J'avais fait le maximum à Bari et en équipe nationale. Je suis pro, je dois accepter. Il n'y a pas que des moments roses dans une carrière. On n'est pas toujours récompensé. Quand je me lève le matin, j'ai la conscience tranquille : j'ai tout fait pour. Que puis-je faire de plus ? Je ne le sais pas. Je suis au top."

Le fait que vous avez joué en D2, est-ce que cela a joué un rôle ?

"Cela n'a rien à voir du tout. Ce sont des conneries, ça. Vraiment des conneries."

Et le fait que Logan se vend mieux, et est un gardien plus spectaculaire ?

"Il est un fait que dans la presse belge, il est plus connu. (Il réfléchit afin de peser ses mots) Moi, je n'ai pratiquement jamais joué dans le championnat belge (NdlR : 6 matches avec le Standard, il y a plus de dix ans). C'est normal qu'il y a moins d'attention pour moi. Que j'y sois ou pas : c'est la même chose."

Avez-vous pu savourer la victoire ?

"Il faut que je reste positif pour l'équipe. Même en ne jouant pas, il faut que j'apporte ma petite pier- re. Je sens qu'il y a une autre ambiance dans le groupe. Quand on venait avant, c'était dur."



© La Dernière Heure 2009