Roberto Martinez estime que le tirage est très agréable pour les supporters.

Roberto Martinez était présent à Amsterdam pour le tirage de la deuxième édition de la Nations League ce mardi. La Belgique a été versée dans le Groupe 2 de la Division A avec le Danemark, l’Islande, mais surtout l’Angleterre. Un pays que le sélectionneur national apprécie tout particulièrement et connaît comme sa poche puisqu’il y a passé de nombreuses années, que ce soit en tant que coach ou en tant que joueur. "Jouer à Wembley est toujours une expérience fantastique (NdlR: il y a remporté une FA Cup avec Wigan en 2013 contre City) . Pour les supporters, pour les joueurs… C’est toujours un match que tu veux gagner et tu n’y amènes pas spécialement ton passé (sourire) ."

L’Espagnol s’est également réjoui du nouveau format. Pour cette édition, la Belgique comptera trois adversaires et non plus deux. "C’est une grosse différence d’avoir un groupe avec quatre équipes. Je pense qu’avoir un groupe de trois la fois passée était un peu un handicap" , a-t-il avoué .

Lors de l’édition précédente, les Diables avaient manqué le dernier carré, notamment à cause d’une défaite cinglante face à la Suisse (5-2). "Je pense que nous en avons tiré des leçons. Tu es toujours testé, défié. Je pense que ces matchs-là ont fait ce que nous sommes aujourd’hui. Nous espérons pouvoir continuer à progresser avec les matchs qui nous attendent", a expliqué Martinez.

Cette Nations League a été introduite par l’UEFA afin de réduire le nombre de matchs amicaux et le sélectionneur estime que cette compétition a porté ses fruits. "Je pense que ce qu’on apprend de ces matchs, c’est que ce ne sont pas des amicaux. C’est une compétition […] La Nations League est très importante, car cette période d’après l’Euro jusqu’en mars est une période importante pour que nos joueurs puissent continuer à se développer, pour donner de nouvelles opportunités aux jeunes joueurs et il faut des matchs compétitifs. Nous allons affronter l’Angleterre deux fois, nous allons jouer l’Islande, le Danemark… Ce sont de belles affiches."

Le prochain rendez-vous des Diables est fixé fin mars. Les troupes de Martinez devraient, en principe, affronter le Portugal, puis la Suisse au Qatar dans un mini-tournoi. Cette lucrative excursion permettra d’ailleurs à la fédération d’empocher 2,7 millions d’euros. Les joueurs pourront y emmener leur famille. Du moins, s’ils le veulent et si le tournoi prend effectivement place. Dans un contexte où bouillonne le coronavirus, Martinez reste prudent. "C’est clair que le coronavirus est un problème qui affecte la société. Comme vous le savez, ça affecte également le sport. Donc nous restons attentifs à cela. Nous sommes en contact avec le Qatar et avec la fédération qatarie. Ce n’est pas encore le moment de prendre une décision. Nous gardons toutes les options ouvertes. Quand le début du tournoi approchera, nous saurons prendre une décision. Mais pour le moment, nous restons positifs."

Si le pire venait à arriver, le sélectionneur a tout de même une solution de rechange : "Nous avons un plan B car si le tournoi n’a pas lieu, il en faut un […] Il faut prendre chaque jour comme il vient. Nous pourrions aussi éventuellement jouer ces matchs chez nous."

"Si tout se passe bien, Eden pourrait encore jouer avec le Real cette saison"

En marge du tirage, Roberto Martinez s’est montré très optimiste au sujet d’Eden Hazard, opéré ce jeudi après sa grave blessure. "Je vais être honnête : si l’opération se déroule bien, je suis confiant dans la participation d’Eden à l’Euro. Il pourrait même encore jouer pour le Real cette saison. Je l’ai vu le week-end dernier, nous avons discuté et il est très calme. Je suis donc très positif. Connaissant sa capacité à vite récupérer, nous ne pouvons être qu’optimistes. Je ne peux pas penser à un Euro sans Hazard. Pour lui, 20 matchs en une saison, cela suffit pour disputer un grand tournoi."