Pas de doute, l'Italie est un beau champion d'Europe. En ne reniant pas ses principes basés sur le jeu, elle est entrée sur le toit de l'Europe par la grande porte. Pour retracer cet incroyable parcours qui a mené la Squadra jusqu'à cette finale gagnée contre les Anglais à Wembley, la Rai a dévoilé un documentaire intitulé “Sogno azzurro”. Le Rêve bleu.

Eriksen, le moment fort

© RAI

Un rêve qui a failli tourner au cauchemar. Le lendemain de la rencontre d'ouverture gagnée face à la Turquie, Christian Eriksen s'écroule. Dans la séquence du documentaire, on voit Nicolo Barella, son coéquipier à l'Inter, en larmes. Tout comme Gianluigi Donnarumma, futur héros du tournoi. "J'ai la chair de poule", déclare également Berardi. "C'était terrible. J'étais choqué. Nous l'avons vu en direct, car nous venions de quitter les vestiaires pour un rassemblement et nous regardions le match. Je ne pouvais même pas regarder. Les autres regardaient et j'étais tellement secoué que je ne pouvais pas regarder. Je me sentais vide à l'intérieur" déclare le futur meilleur joueur de l'Euro.


"La Belgique est prévisible"

Autre moment fort de ce documentaire: le match face à la Belgique. Avant cette rencontre, les joueurs discutent du meilleur tirage possible entre les Diables et les Portugais. Locatelli, l'un des éléments forts du premier tour, pose la question à Belotti. Du tac au tac, l'attaquant du Torino lui répond "le Portugal". Acerbi crie alors "faux" pour marquer son désaccord. Donnarumma s'exprime également et ne voit pas de différence entre les deux équipes. "C'est pareil" s'exclame-t-il.

Lorezno Insigne prend alors la parole et explique que "les Belges défendent à 10". Immobile lui rétorque que "dans les deux cas, ils défendent tous derrière." Avant que le petit Napolitain n'aille plus loin dans son raisonnement. "Mais la Belgique, par exemple, tu peux les trouver déséquilibrés quand ils lancent le ballon sur Lukaku. Tu peux partir en contre. Le Portugal, il y a que des joueurs techniques, ballon dans les pieds." Verratti prend aussi la parole. "La Belgique est plus prévisible" ajoute le milieu parisien.

Finalement, les Belges passent. Dans sa causerie d'avant match, Mancini cible l'homme à tenir à l'oeil: Kevin de Bruyne. "Attention à lui. De Bruyne commencera à dribbler parce qu’il est rapide, puissant et technique. Alors, soyez assez rapprochés quand il a le ballon et pressez-le, parce qu’il peut l’envoyer où il veut. Où qu’il soit, il peut envoyer le ballon où il veut. Il peut tout faire, des ballons de 60m, partir ballon au pied. Défendons en équipe, toujours. Nous allons faire un grand match.”

Visionnaire, Roberto Mancini avait établi la bonne tactique face à Martinez. "Tranquilles et jouez comme on a toujours joué. On sait qu’on affronte une équipe forte. Alors, on défend toujours ensemble" commence-t-il. "Mais on doit faire tout ça en équipe. Restons calmes, ils nous concéderont des tirs de là (il montre la zone avant la surface de réparation). Alors, en restant calmes, on s’y prépare et on peut tirer". Quelques heures plus tard, Insigne inscrivait un tir enroulé de l'extérieur de la surface et crucifiait Thibaut Courtois.


Mancini avait tout prévu !

Lors de cette compétition, Roberto Mancini s'est montré maître dans la gestion de ses hommes. Avant la finale, l'une de ses causeries a fait beaucoup d'effet. "Je n’ai rien à vous dire. Vous savez qui vous êtes. Nous ne sommes pas là par hasard. Nous sommes les patrons de notre destin. Pas l’arbitre, pas l’adversaire, personne… Vous savez ce que vous devez faire."

Comme dans l'art du combat tactique. Car l'ancien coach de l'Inter Milan avait même prévu les pénaltys face à l'Espagne puis l'Angleterre. Le technicien avait notamment organisé une séance de tirs au but juste avant la demi-finale. Utile lorsque l'on sait que la Squadra s'est qualifiée lors d'une séance épique. “Puis je veux vous voir moi quand il y aura les tirs au but en finale...” avait insisté le coach après cette séance improvisée. Une tactique qui s'est avérée une nouvelle fois payante face aux Three Lions. Avec le succès que l'on connait tous.