Selon eux, il n'y a aucune raison de le maintenir en détention préventive. Une confrontation entre lui et Kevin De Bruyne - à l'origine de la plainte - s'est déroulée la semaine dernière. "Elle s'est passée de façon sereine et a été informative", a assuré Me Louis De Groote, qui représente De Koster. Celui-ci se défend toujours de toute irrégularité. "Nous avons demandé la libération de notre client, éventuellement sous conditions ou sous surveillance électronique. Sa place n'est pas en prison, et les conditions pour le maintenir en détention préventive ne sont pas remplies", a fait valoir Me De Groote.

L'enquête visant l'agent, menée par l'Office central pour la répression de la corruption (OCRC), a fait suite à une plainte déposée par Kevin De Bruyne. Elle concerne les activités professionnelles de l'inculpé et, plus précisément, les commissions qu'il aurait perçues lors du passage du Diable Rouge à Wolfsbourg, en Allemagne, en 2013 et 2014.

La chambre des mises en accusation se prononcera sur le dossier vendredi 18 septembre, a indiqué le parquet fédéral.