Le journal fait référence au "Black Friday", dans un contexte où Big Rom a été, dernièrement, pas mal exposé au racisme

Le joueur de l'Inter a expliqué son ras-le-bol quant au racisme dont il fait l'objet, il y a quelques jours. Romelu Lukaku se retrouve pourtant à nouveau la cible de propos jugés racistes. Cette fois, ce ne sont pas des supporters mais bien un média qui est à l'oeuvre. En effet, le Corriere dello Sport a dédié sa une de ce jeudi 5 décembre à Big' Rom' et Chris Smalling. Si le journal italien voulait initialement vanter les mérites des deux joueurs qui brillent actuellement dans leur club respectif, l'Inter et l'AS Rome, les termes employés ont suscité un véritable tollé sur la Toile. "Black Friday", a ainsi titré le média sportif.

Se référant au célèbre vendredi suivant Thanksgiving où les magasins proposent des soldes monstres, le Corriere dello Sport voulait souligner les bonnes affaires que représentent Lukaku et Smalling pour l'Inter et l'AS Rome. Indésirables à Manchester United, les deux joueurs ont fait leur arrivée cette année dans leur nouveau club où ils excellent. Mais le terme "Black Friday", associé au Diable rouge, ne passe pas au vu des récentes polémiques en Italie liées au racisme. Un commentateur sportif italien s'est d'ailleurs dit "outré" de cette Une sur le réseau social Twitter. "Un ton sourd, ignorant et avec les habituelles nuances racistes", a commenté Matteo Bonetti.


C'est loin d'être la première fois que Romelu Lukaku est victime de racisme depuis son arrivée à l'Inter en ce début d'année. En effet, le Belge avait notamment été accueilli à Cagliari par des cris de singe lors de la rencontre en septembre. Des dérapages dont le Diable rouge est plus que fatigué. "L'UEFA doit prendre des mesures contre cela, c'est ce que j'ai dit quand j'étais en équipe nationale l'autre jour. Parce que les choses qui se passent dans le stade, ce n'est pas correct", a expliqué le joueur après le match de l'Inter contre le Slavia Prague où il avait également été victime de manifestations racistes.


Le Corriere dello Sport se défend: "L'éloge de la différence"

En cours de journée, le journal italien s’est défendu face à la polémique. Pas question de lui prêter des intentions racistes. Il reproche, en outre, l’emballement médiatique renforcé par les réseaux sociaux. "Des plateformes numériques? Je dirais des poubelles", écrit le directeur du journal Ivan Zazzaroni. Qui préfère préciser sa pensée plutôt que s'excuser. ""Black Friday", pour qui veut et peut le comprendre, ce n'est et ce n’était que l’éloge de la différence, la fierté de la différence, la magnifique richesse de la différence. Si tu ne le comprends pas, c'est parce que tu n'en est pas capable. C'est un article innocent, pourtant parfaitement défendu par le journaliste Roberto Perrone, qui est transformé en poison par ceux qui ont le poison en eux."