Le plus grand groupe de construction de Belgique reprend la place de Verelst.

Communiqué de la Fédération, la semaine passée : "Après dix ans de sponsoring, l’entreprise de construction Verelst arrête son sponsoring des Diables rouges."

Il n’a pas fallu attendre longtemps pour qu’un autre sponsor prenne la place vacante : l’heureux élu est Besix, le plus grand groupe de construction en Belgique.

Besix était un des trois derniers candidats à la construction de l’Eurostadium. Mais finalement, Ghelamco l’a emporté. Le constructeur du stade de Gand s’est toutefois heurté à tellement de problèmes que la réalisation du stade sera très compliquée avant l’Euro 2020.

En soi, le partenariat entre Besix et la Fédération ne compromet pas la construction de l’Eurostadium par Ghelamco. Mais avouez que ce serait bizarre de voir des publicités de Besix, le grand concurrent de Ghelamco, défiler sur les boardings du stade pendant des matchs de l’équipe nationale.

La Fédération avait le droit de se lier à Besix. Ce n’est pas elle qui a désigné Ghelamco comme constructeur du stade national. Et le mariage avec Besix ne signifie pas que ce dernier pourra - à l’avenir - s’occuper de la construction du stade. C’est la ville de Bruxelles qui a ce pouvoir. Jusqu’à présent, Bruxelles n’abandonne pas Ghelamco.

Besix n’est pas un inconnu dans le monde du football. Johan Beerlandt, son CEO, est dans le board d’Anderlecht et a racheté 5 % des parts du club. Il fait des travaux d’aménagements au RSCA et avait un accord avec Anderlecht en 2011 pour agrandir le stade Vanden Stock.

Besix a notamment construit le Burj Khalifa à Dubaï, la plus grande tour au monde, et le stade Roi-Abdallah (62.000 places) en Arabie saoudite.