Sterchele et Bailly, les deux nouveaux Diables

BRUXELLES Si Luigi Pieroni, à qui nous avons appris la nouvelle, éprouvait des difficultés à digérer son retrait de l'équipe nationale, Logan Bailly et François Sterchele étaient aux anges.

Bailly : "C'est mon père qui m'a appelé et qui m'a appris la nouvelle. Je suis ravi. On a tendance à oublier que je n'ai que 21 ans. Je n'exige rien d'au- tre. C'est à moi de continuer à travail- ler pour obtenir, un jour, un autre statut. C'est René Vandereycken qui m'avait intronisé second gardien de Genk à mon retour de blessure alors que je rentrais de mon prêt à Heusden-Zolder. J'avais, sous sa direction, disputé deux matches en remplacement de Moons et il était satisfait de moi. Deux joueurs de Genk ? Oui mais on en perd un. D'autres, comme Cornelis ou Pocognoli, méritent peut-être d'être retenus."

Sterchele : "Je nourrissais l'espoir d'être retenu sans en faire une obsession. Cette sélection est magnifique, elle récompense mes efforts. Je vais tout mettre en oeuvre pour être à la hauteur mais ce n'est pas une fin en soi. J'effectue, jusqu'à présent, le plan de carrière que j'espérais en choisissant mes clubs avec soin. Est-il plus facile d'être sélectionné au GB qu'à Charleroi ? Ce n'est pas à moi de le dire. Mais est-ce que je réaliserais les mêmes prestations à Charleroi ? Je me réjouis de retrouver mes potes Bailly et Fellaini, deux Liégeois comme moi. Avec qui vais-je faire le pitre si je marque ? Chaque chose en son temps. Il faut d'abord jouer."

Pieroni : "Je n'ai pas envie de réagir ou de polémiquer même si je suis évidemment déçu. N'aurais-je pas eu besoin de cette marque de confiance dans cette passe difficile à Nantes ? Si, bien sûr. Mais on ne peut pas toujours avoir ce qu'on veut."

De l'équipe nationale, Vincent Kompany en est très loin. Opéré au tendon d'Achille en novembre, il reprend progressivement.

Saison finie pour Kompany ?

Le staff allemand ne veut pas prendre le moindre risque de rechute et envisage de le laisser revenir progressivement pour la saison prochaine. "La blessure guérit bien mais nous ne voulons prendre aucun risque", soutient Dietmar Beiersdorfer, le manager d'Hambourg. "Dans quatre semaines, il pourrait reprendre normalement avec le groupe."



© La Dernière Heure 2007