Les éloges de Carlo Ancelotti sur Eden Hazard ne se prolongent pas dans ses actes. S'il a encensé le Diable Rouge après sa prestation samedi face à Valence où selon lui, " Hazard a très bien joué et bien combiné. Il a été actif et à la recherche de solutions. Il a joué un bon match", le Brainois a encore une fois été devancé dans les choix du technicien italien par un autre élément en la personne de Marco Asensio pour la réception de Majorque.

Contre l'Inter lors de la journée inaugurale de la Ligue des Champions, l'ancien entraîneur du Milan AC avait préféré faire entrer Marco Asensio, Rodrygo et Camavinga, laissant le Belge sur le banc. Une décision validée sportivement car l'international français offrait la passe décisive de la victoire à Rodrygo.

Malgré sa bonne prestation individuelle face à Valence, Eden Hazard n'a pas su se montrer déterminant samedi dernier. Le Real n'a trouvé la solution que lorsqu'il est sorti. Le récital offert par la Casa Blanca quatre jours plus tard où les Madrilènes ont étrillé Majorque (6-1) avec encore une fois Hazard sur le banc lors de l'intégralité de la rencontre pousse les observateurs à se poser la question qui fâche : Le Real joue-t-il mieux sans Eden Hazard ?

"Asensio ? La place de meneur de jeu lui va comme un gant"

Face au promu, Marco Asensio a marqué des points en inscrivant un triplé. Le concurrent de notre compatriote a également époustouflé la presse espagnole. 

"L'aile droite l'a attendu toute la saison dernière et il ne s'est pas montré. Ancelotti lui a offert une ultime chance. Il lui a donné la place de meneur de jeu dans ce 4-2-3-1 dans un système qu'il commence à affectionner. C'est une bonne décision car le Baléare a montré qu'il comptait bien saisir cette opportunité. D'autant plus que le poste lui va comme un gant", analyse AS.

Asensio est en train de gagner sa place aux côtés de Vinicius et Benzema, époustouflants en ce début de saison. Derrière, Rodrygo tient la corde pour constituer le carré magique alors que Camavinga se positionne comme le premier remplaçant.

Le jeune français réussit ses débuts à Madrid en jouant simple et juste. Tout le contraire d'Hazard dont la situation se détériore en Espagne. Malgré les effets d'annonces diplomatiques d'Ancelotti, son temps de jeu ne peut rester ainsi et il ne semble pas sur le point de s'améliorer au vu de la forme de ses concurrents.