Impliqué sur le cadeau offert à Southampton, le Diable Rouge a joué 78 minutes sans ressentir de douleur. Analyse de la prestation du Diable rouge.

La dernière fois qu’il avait foulé une pelouse de Premier League dans la peau d’un titulaire, avec le brassard de capitaine autour du biceps, c’était le 19 avril dernier, face à Newcastle (1-1). Plus de six mois plus tard, Vincent Kompany a (enfin) regoûté aux joies d’une titularisation dans le championnat d’Angleterre.

Si le simple fait qu’il a pu terminer la rencontre sans blessure (il est sorti la 78e minute lorsque Guardiola choisissait de tout envoyer à l’avant et de faire redescendre Fernandinho d’un cran) est déjà une réussite en soi, Vincent Kompany n’est sans doute pas pleinement satisfait de son retour à la compétition.

D’abord parce que les Citizens ont été accrochés par Southampton, ce qui ne les empêche pas de reprendre la première place, à égalité avec Arsenal et Liverpool, mais surtout parce que le Belge est impliqué sur l’ouverture du score de Nathan Redmond, qui a eu le don de compliquer le match des hommes de Pep Guardiola.

À la 27e minute, alors que rien ne le laissait présager, John Stones, déjà auteur de plusieurs approximations en début de rencontre, a envoyé un ballon incompréhensible dans le dos de son capitaine. Un manque de communication dont profitait Redmond pour se saisir du ballon, tandis que le Belge arrêtait sa course, pour laisser Claudio Bravo sortir sur l’attaquant des Saints. Mais ce dernier, plus prompt que le gardien chilien, en profitait pour ouvrir le score.

"C’est une erreur préjudiciable, évidemment. Dans mon optique du football, le but n’est jamais de passer le ballon à l’attaquant adverse", avouait Guardiola.

Si ses hommes sont parvenus à revenir au score grâce à Iheanacho, qui avait remplacé De Bruyne - sans doute fatigué et très discret - à la pause, ils viennent d’enchaîner une série de cinq rencontres sans victoire. Un petit événement puisque ce n’est que la deuxième fois de sa carrière que cela arrive au coach catalan

"Nous devons analyser la situation. Lors des cinq derniers matches, il n’y a que celui à Tottenham (NdlR : défaite 2-0) qui a été vraiment mauvais. Contre Everton puis contre Barcelone, quand nous étions à onze contre onze, le jeu proposé était bon."

Mais pas autant que celui que les Citizens avaient proposé en début de championnat. Ils devront rapidement parvenir à retrouver leur fluidité et leur efficacité, s’ils veulent éviter que le scénario de la saison dernière ne se répète.

Le déplacement chez le voisin de Manchester United, mercredi soir en League Cup, fait office de rencontre idéale pour retrouver le chemin de la victoire. Avec ou sans Kompany.

© DH