Georges Leekens était ému en racontant l’anecdote. “Les Diables aiment venir en équipe nationale”, souriait-il


BRUXELLES Georges Leekens était légèrement ému en racontant l’anecdote aux médias. “Cela fait plusieurs années que je suis entraîneur (NdlR: 27 ans): je n’ai jamais reçu un cadeau de mes joueurs.

Ici, les joueurs ont pris l’initiative de m’offrir quelque chose mais aussi à mes collaborateurs. C’est une preuve de respect. Et c’est la preuve qu’ils aiment venir en équipe nationale. On est sur la bonne voie.”

De quel cadeau s’agit-il? “Ce n’est pas important”, dit Leekens. “C’est le geste qui compte.”

En fait, à l’initiative du conseil des joueurs (Kompany, Simons, Van Buyten, Vermaelen), les joueurs vont offrir une partie de ce que leur rapporte leurs droits à l’image pour un cadeau à chaque membre. Le cadeau devrait de préférence être acheté auprès d’un des sponsors de l’Union belge.

Malgré la non-qualification pour l’Euro, l’équipe nationale est en plein boum. Même après le pauvre spectacle au Stade de France. “Moi, je suis très content de notre match”, indiquait Leekens. “On a montré que c’est fini d’être naïfs. On ne nous appellera plus des petits jeunes. Pour une fois, on n’a rien offert à l’adversaire. Avez-vous vu Ribéry ? Ou Benzema ? Moi pas. On a montré qu’on savait développer un autre football. On a obligé les Français à jouer en arrière.”

Depuis mardi , la Belgique a deux tactiques: une offensive et une défensive. “On n’est pas encore l’Espagne, même si elle n’a fait que 2-2 contre le Costa Rica”, souligne Leekens. “Mais nos résultats méritent d’être vus. Une seule défaite en 2011. Contre l’Allemagne, qui vient d’écraser les Pays-Bas. Ce n’est pas pour rien que 2.500 Belges ont fait le déplacement à Paris, un mardi soir, en pleine semaine de travail. Les gens croient en nous.” Yves Taildeman

© La Dernière Heure 2011