Les Diables ont déjoué tous les pronostics en écrasant les Serbes à domicile

BELGRADE Les Diables étaient prévenus, l'enfer les attendait. Une forteresse, le fameux Marakana réputée imprenable, un public chaud comme la braise, le décor était planté plusieurs jours avant le duel face à la Serbie. Une pression insoutenable pour les Belges ? Pas pour Marc Wilmots. Le Taureau de Dongelberg sait ce qu'il fait lorsqu'il préfère Kevin De Bruyne à Dries Mertens. En pleine bourre avec le Werder Brême, le rouquin est sélectionné sur le flanc gauche. Contrairement au deux premiers matches de qualifications, le sélectionneur national opte pour un système à deux attaquants, avec Benteke et Hazard aux avant-postes. Une composition audacieuse, surtout contre les redoutables Serbes.

Mais le point faible des Diables, c'est en défense qu'il se situe. Au début du match, les quelques supporters noir-jaune-rouge qui ont fait le déplacement n'en finissent plus de frémir. A la 2e minute, Tosic roule Vertonghen dans la farine et frappe sur le poteau. Une première alerte suivie d'une nouvelle attaque des Serbes 5 minutes plus tard. Cette fois, c'est Tadic qui s'occupe de Vertonghen (peu à l'aise sur son flanc gauche) qui se montre. Mais Thibaut Courtois rappelle qu'il n'est pas le 3e meilleur gardien de la Liga pour rien.

Et les Belges dans tout ça ? Il faut attendre le quart d'heure pour les voir pointer les cornes. Sur un centre de Chadli (sélectionné sur le flanc droit), Benteke manque son duel aérien contre Nastasic, Un comble pour une telle armoire à glace... Rebelote à la 17e. Parfaitement lancé par De Bruyne, le puncheur d'Aston Villa manque le 0-1. Mais à la demi-heure, les Serbes se rappellent au bon souvenir des Diables. Toujours bel et bien présents dans la moitié de terrain belge, ils mettent un gros coup de pression via Bisevac. Le défenseur de l'Olympique lyonnais reprend le ballon comme il vient. Sa frappe effleure le cadre de Courtois. Au niveau des poteaux, c'est 2-0 pour la Serbie. Mais toujours 0-0 au marquoir.

Vers le hold-up parfait

A la 34e, l'ambiance du Marakana baisse d'un cran. Et pour cause ! Cette fois, la combinaison De Bruyne – Benteke fait mouche ! Sur un centre de Prince Harry, l'ancien Genkois ouvre la marque de la tête. Stupeur à Belgrade, effervescence dans le clan belge ! Mais attention à la douche froide car la réaction est immédiate. Tadic sert Tosic dont le tir passe un rien à côté. Scénario improbable à la mi-temps, les Diables sont en tête.

Au retour des vestiaires, le public local donne de la voix pour relancer la machine. Poussés par leurs fans, les hommes de Sinisa Mihajlovic font le forcing. Après 10 minutes de jeu, ils ont par deux fois l'occasion de recoller au score. Au lieu de prendre peur, les Diables sont décidés à faire le break. Eden Hazard est à un cheveu de plonger le stade dans le chaos le plus complet à la 52e. Seul devant Brkic, le joueur de Chelsea tergiverse et sa frappe ne trouve que les gants du portier adverse. Dans la foulée, il sort et laisse sa place à Dries Mertens. Une fois de plus, Willy a eu du flair. Le lutin du PSV part à la limite du hors-jeu sur un service millimétré de Chadli. Pas de chance, Mertens ne parvient pas à trouver le cadre.

Prince Kevin

A 20 minutes du terme, on a droit à une nouvelle prouesse de Kevin De Bruyne. Mais cette fois, l'ailier joue les premiers rôles. Sur un contre parfaitement orchestré, il crucifie Brkic en faisant preuve d'un incroyable sang-froid. C'est 0-2 et c'est 100 fois mérité pour les Diables, nettement plus offensifs que lors des 45 premières minutes. Le travail de sape de Chadli et consorts fait son effet car de l'autre côté, on sent de moins en moins de résistance. Les Serbes ont le moral dans les chaussettes et ce n'est pas cette énorme occasion de Benteke et De Bruyne à la 76e qui va leur redonner espoir. Tout au plus se contentent-ils de tirs lointains, sans aucun danger pour Courtois.

Pis, dans les arrêts de jeu, la Belgique inscrit un 3e but. C'est Kevin Mirallas qui s'y colle. Monté au jeu 4 minutes auparavant, l'équipier de Marouane Fellaini à Everton reprend un centre de Vertonghen. Le back gauche fait oublier ses approximations à l'arrière sur cet assist. Et 1, et 2, et 3-0, les Diables s'offrent une victoire aussi éclatante que précieuse dans la course au Brésil 2014. Grâce à ce succès en terre serbe, la Belgique repasse première de son groupe, après le succès de la Croatie en Macédoine (1-2). Le pays de Galles est 4e après sa victoire sur l'Ecosse (2-1). Mais pas question de planer. Le mardi 16 octobre, il faudra remettre ça face aux Ecossais. En attendant, Wilmots et ses gars ont trouvé leur paradis à Belgrade. Et peuvent savourer leur triomphe au son des indémodables Waar is da feestje ?.