L'enquête sur les constructions fiscales luxembourgeoises de certains Diables rouges menée par l'inspection spéciale des impôts n'a pas abouti, rapportent mardi les éditions Sudpresse et plusieurs quotidiens flamands. Le fisc s'intéressait particulièrement aux démarches entreprises par Eden Hazard, Thibaut Courtois, Divock Origi et Kevin Mirallas.

En 2015, le fisc belge s'est penché sur les sociétés luxembourgeoises de certains Diable rouges. Plusieurs d'entre eux ont transféré leurs affaires au Grand-Duché, un concept fiscalement intéressant puisque pour la même somme de 100.000 euros, il faut payer en Belgique 34.000 euros d'impôts, pour à peine 4.000 euros au Luxembourg.

Mais l'enquête n'a pas abouti, a confirmé Francis Adyns du SPF Finances. En effet, ces sportifs étant domiciliés à l'étranger, tout comme leurs sociétés, la Belgique ne peut prélever aucun impôt sur ces revenus.