Romelu Lukaku est un homme en mission. Il est exclusivement concerné par le tournoi qu’il compte bien remporter. On l’a bien senti mercredi dans sa conférence de presse en fin d’après-midi à Copenhague. Lui qui est d’habitude si prolixe sur différents sujets hors ballon n’avait pas trop envie de s’attarder sur le superflu. Il n’était pas là pour tailler une bavette ou déménager les bouteilles de Coca. Ce qui l’intéresse, c’est la pelouse du Parken Stadium et rien d’autre.

Romelu, est-ce un match difficile à préparer sur le plan mental, vu ce que les Danois vivent ?

"Non. On a tous été touchés par ce qui est arrivé à Christian (Eriksen), notamment ceux qui ont joué avec lui. Mais on ne doit pas faire preuve de compassion sur le terrain pour autant. À ce niveau-là, ce n’est pas possible. On sera là pour gagner et rien d’autre. Eden, Kevin et Axel sont tous là et c’est le moment de créer quelque chose de fort."

Les Danois ont travaillé avec quatre psychologues depuis le malaise cardiaque d’Eriksen. Avez-vous eu aussi besoin d’un soutien mental pendant cette période ?

"Non, on n’a pas besoin d’un coach mental. On est assez forts dans la tête. Il y a beaucoup d’expérience dans notre groupe et on s’en sert."

Comptez-vous aller rendre visite à votre équipier Eriksen à l’hôpital, qui se trouve juste à côté du stade ?

"J’en avais parlé avec l’entraîneur mais je pense que Christian doit surtout être avec sa famille en ce moment. C’est le plus important. Il m’a envoyé un message sur Whatsapp pour me dire qu’il allait bien. Je lui ai répondu de prendre son temps. Demain (NdlR : jeudi), je vais encore lui envoyer un petit message."

Les joueurs italiens estiment que les footballeurs devraient être formés aux premiers soins. Qu’en pensez-vous ?

"Je suis d’accord avec eux, c’est une bonne idée. Ce serait très utile d’apprendre les bons gestes. Ce qui est arrivé samedi à Christian montre bien que personne n’est à l’abri. Simon Kjaer a eu une réaction rapide et utile. On devrait tous suivre des formations."

Les Danois seront-ils prêts à jouer ce match ?

"Je pense que les Danois seront encore plus motivés avec ce qu’il s’est passé. C’est une très bonne équipe et on avait souffert contre eux en Ligue des Nations, malgré nos victoires. Ce sera un test important pour notre équipe, notamment sur les réponses techniques qu’on peut apporter."

Les Diables devront compter sur le nouveau leader : Romelu Lukaku.

"Non (sourire). Le vrai patron de cette génération, c’était Vincent (Kompany). On a beaucoup de leaders. J’essaie d’aider, j’encourage les joueurs. Si besoin, ils peuvent venir me trouver et je tenterai d’amener du calme dans l’équipe."

C’est aussi le cas sur le terrain : on peut toujours vous envoyer le ballon quand ça ne va pas et vous le conservez. À quel point avez-vous encore progressé ces derniers mois ?

"Dans les détails. Je suis plus constant que ma première année. Je suis plus un joueur d’équipe qui arrive toujours à marquer beaucoup. Je vois mieux le jeu, comme s’il était ralenti. J’examine souvent l’adversaire et je vois toujours les mêmes scénarios. J’arrive à mieux trouver les bons joueurs autour de moi ou savoir quand je dois faire mes propres actions."

Vous êtes au top de votre potentiel ?

"Non, je peux encore progresser en étant plus constant sur le long terme. Cette saison, j’étais bon au début mais meilleur à la fin. Je dois arriver à être au top toute l’année."

Vous avez été séduit par d’autres attaquants depuis le début du tournoi ?

"J’ai bien aimé Schick, le Tchèque. Il marque de beaux buts, il a une belle technique et un bon pied gauche. C’est un chouette attaquant à regarder."

Une dernière question, Romelu. Avez-vous été choqué par les sifflets du public russe quand les Diables ont mis le genou à terre avant le coup d’envoi samedi ?

"Je tiens déjà à préciser qu’on ne fait pas ça uniquement pour le mouvement Black Lives Matter. On vise toutes les discriminations. La religion, le sexe, la couleur de peau… En 2021, on doit respecter tout le monde. Après la rencontre samedi, un joueur russe est venu s’excuser pour les coups de sifflet."