Mark De Man apparaît

Diables Rouges

Michel Dubois

Publié le

René Vandereycken n'innove pas


pour affronter la Pologne


BRUXELLES Une arrivée : De Man. Un retour : Daerden. Deux forfaits pour blessures : Kompany et Defour. Une absence pour cause de suspension : Dembele. Un évincé : Mbo Mpenza. Un retour chez les Espoirs : Lombaerts.

C'est par ces divers ajustements que René Vandereycken a réduit de vingt-trois à vingt éléments la liste des Diables présélectionnés pour l'hyperimportant Belgique-Pologne du 15 novembre au stade Roi Baudouin, dernière rencontre de l'année civile de nos internationaux.

Cette présélection ne recèle qu'une originalité : la promotion du défenseur polyvalent anderlechtois Mark De Man. "C'est uniquement parce qu'il était blessé que le Sportingman n'avait pas été repris précédemment, explique le coach fédéral. De Man s'est rétabli plus rapidement que prévu. Il a vite réintégré l'équipe fanion d'Anderlecht et il a aussitôt démontré qu'il avait retrouvé un niveau plus qu'acceptable. J'ai entière confiance en lui."

Présélectionné contre la Serbie, son équipier Jelle Van Damme s'était rapidement éclipsé parce qu'il se sentait exagérément fatigué. Excellent à Sclessin, le défenseur anderlechtois a réintégré le groupe.

À l'évidence, René Vandereycken est satisfait de son effectif actuel. Il a même confirmé De Vlieger, qui s'est blessé lors du dernier match de championnat : "Geert sera rétabli. Il est même possible qu'il retrouve sa place dès ce prochain week-end."

Buffel, dont certains avaient annoncé le retour, et De Mul, qui figurait encore dans une préliste de trente-huit noms écrémée à vingt-trois au tout début de cette semaine, patienteront donc encore. Le coach fédéral continue également de n'accorder aucun crédit apparent à la forme du moment : Vandenbergh demeure le seul Genkois qui trouve grâce à ses yeux. Cornelis, Pocognoli, Soetaers, De Decker et Vrancken, notamment, ne recueillent pas les fruits individuels des prestations convaincantes de l'équipe à laquelle ils émargent.

Pieroni, qui joue trop peu à son gré à Auxerre, reste mobilisé, tout comme les deux nouveaux équipiers de Feyenoord, Leonard et Huysegems, qui ont administré au staff tous les apaisements requis sur leur état de forme.

Ce dernier n'ignore rien de la Pologne. "Je l'ai visionnée trois fois pendant le Mondial et nous avons étudié trois rapports sur ses premiers matches de la phase de qualification", explique Stéphane Demol. "Certes, elle a changé de coach mais il subsiste de nombreux éléments de la précédente sélection. La Pologne n'est vraiment pas à dédaigner : elle a battu le Portugal et partagé avec la Serbie mais elle méritait de gagner."



© La Dernière Heure 2006

Vos articles Sports

Newsletter Sports+

Fil info