Diables Rouges Axel Witsel, en grande forme à Dortmund, se dit assez motivé pour battre le Kazakhstan. "On veut terminer premiers."

Il fut un temps où les conférences de presse de nos Diables Rouges attiraient trois pelés et un tondu. Hier, la salle de presse de l’Astana Stadium était toute remplie, et à l’extérieur du stade des jeunes essayaient d’obtenir des selfies des stars du numéro 1 au monde.

Axel Witsel en a vu d’autres. Comme d’habitude, il a répondu avec beaucoup de calme et de professionnalisme à toutes les questions.

Comment a été la première nuit au Kazakhstan, Axel ?

"Difficile. On a dormi cinq heures à cause du vol retardé et du décalage horaire, pas plus. Il faudra aller dormir plus tôt ce soir (NdlR : samedi soir) . Pourtant, dans le passé j’avais l’habitude des longs voyages (rires) ."

À quel match vous attendez-vous ?

"À un autre match qu’en juin. Tout d’abord, il y a le synthétique auquel on n’est plus habitués. Et puis, le Kazakhstan sera 1 000 fois plus motivé que contre Chypre. C’est à nous de nous faciliter la tâche. Si on joue notre jeu, on gagne."

La question est de savoir si vous êtes encore motivés.

"La réponse est oui. On veut absolument la première place dans le groupe. Je sais qu’on est déjà qualifiés, mais ça ne change pas grand-chose."

Vous avez demandé de ne pas jouer contre Saint-Marin ?

"Non. Moi, je veux toujours jouer. Mais vu le programme chargé que j’ai en club ce mois-ci (NdlR : 7 matchs en 22 jours, dont deux fois contre l’Inter Milan de Lukaku et au Bayern Munich) , c’est peut-être mieux de ne jouer qu’un match des deux."

Dennis Praet fera sa première vraie apparition à vos côtés.

"C’est vrai qu’il y a beaucoup de concurrence, et c’est cela qui fait monter notre niveau. Mais que ce soit Dennis ou un autre, mon rôle ne change pas vraiment."

Vous n’avez pas encore parlé de votre magnifique reprise de volée à Fribourg avec Dortmund, la semaine passée. Vous le placez où dans le ranking de vos plus beaux buts ?

"C’est marrant que vous parlez de cela, parce que je vais vous raconter une petite anecdote. Après ce match contre Fribourg, j’appelle madame - ma femme - et elle me dit : ‘Tu ne marques pas souvent, mais quand tu marques, ce sont des beaux buts.’ Donc, je le mets quand même dans mon top-3…"