Après une période plus creuse, l'ailier belge de West Brom reprend des couleurs dans les Midlands.

Quatre buts, deux passes décisives. Alors que l'Angleterre s'apprête à vivre un nouveau Boxing Day, Nacer Chadli arbore déjà un meilleur bilan stat' que la saison passée en Premier League. Logique quand on sait que le statut du Diable rouge a radicalement changé. Réserviste sous Mauricio Pochettino à Tottenham, le Liégeois a choisi de prendre son destin en mains et de filer à West Brom pour une quinzaine de millions d'euros (record pour le club !).

Une décision motivée par une blessure personnelle: sa non-sélection à l'Euro."Je ne jouais pas beaucoup chez les Spurs les six derniers mois avant l'Euro, donc c'était logique de ne pas être repris", explique-t-il six mois plus tard dans les colonnes du Telegraph. "Je l'attendais presque, mais c'est la raison pour laquelle j'ai décidé de bouger cet été. Je ne pensais pas que mes chances de jouer à Tottenham augmenteraient. J'avais besoin de faire un choix pour moi."

Mais ce choix n'a parfois pas été compris. Il faut dire qu'entre Tottenham, qui monte en puissance sous la direction de Pochettino, et WBA, surtout connu en Belgique pour avoir redonné son souffle à Romelu Lukaku et laissé Sébastien Pocognoli sur la touche, le gap était tout de même costaud en début de saison. Alors que les Londoniens sortaient d'une qualif' en Ligue des Champions, West Brom devait se contenter d'une saison 2015-2016 achevée dans le ventre mou du championnat (quatorzième).

© Photonews

Le joueur de vingt-sept ans ne s'en émeut pas. Pour lui, la donne était claire il fallait partir. "Beaucoup d'amis n'ont pas compris pourquoi je suis venu à West Brom, c'est vrai", dit-il. "On préfère généralement être dans un plus grand club, mais se sentir réellement impliqué, même dans une équipe de moindre envergure, était mon premier choix, quoiqu'il arrive. Les gens ne comprennent pas ce que signifie jouer au football. Ils ne sont pas à ma place et ils n'aiment probablement pas ce jeu autant que moi. Je voulais quelque chose de nouveau dans ma vie et c'est la raison pour laquelle je suis venu ici."


West Brom est un club familial

Ce transfert a fait de Chadli le joueur le plus cher de l'histoire du club. Bonjour, la pression... Mais le bonhomme a de l'ambition. "Ce n'est pas une question d'argent", explique-t-il. "Si je voulais juste du fric, j'aurais pu aller en Chine ou en Russie, car j'ai reçu des offres. J'ai choisi West Brom, car c'est un club familial et les gens prennent soin de vous. Tout le monde se respecte. C'est une nouvelle expérience pour moi et la chose la plus importante était de jouer des matches de Premier League. Le foot, c'est mon boulot, c'est ma vie et j'ai besoin d'en tirer le meilleur", conclut celui qui met fond l'accent sur la fraîcheur mentale.

A West Brom, tout le monde attend forcément Nacer, qui évolue sur l'aile ou dans une position plus axiale, selon les envies de Tony Pulis. Un coach qui lui a fait revivre les mauvais moments de ces derniers mois chez les Spurs en le mettant sur le banc plusieurs matches. Peut-être histoire de rappeler que malgré un retour en sélection (il a joué une grosse demi-heure face à Gibraltar en octobre dernier) et quatre buts plantés en un mois, il reste encore un peu de chemin pour que Chadli retrouve son meilleur niveau. Ce dernier n'a en effet plus trouvé le chemin des filets depuis le 15 octobre. C'était contre... Tottenham!


Toutes les perfs des Diables décortiquées, c'est par ici !