"J'en ai marre, j'arrête !". "C'est fini de jouer avec mes pieds!". Ces phrases extrêmes et définitives attribuées vendredi à Radja Nainggolan en réaction à son éviction du groupe des 28 Diables Rouges sélectionnés par Roberto Martinez n'auraient, à en croire l'intéressé, jamais été prononcées. "Oui, je suis déçu", a-t-il en effet twitté samedi. "Mais je n'ai pris aucune décision. Je ne manquerai pas de le faire savoir OFFICIELLEMENT si cela devait un jour être le cas..."


Roberto Martinez avait de son côté indiqué vendredi en conférence de presse qu'aucune "sanction disciplinaire" n'était à l'origine de la non sélection de Radja Nainggolan pour les matches de qualification au Mondial 2018, contre Gibraltar à Sclessin (le di 31 août, 20h45) et la Grèce à Athènes (le dimanche 3 septembre, 20h45, heure belge).

"J'ai fait mon choix en tenant compte de mes observations lors des matches précédents", avait-t-il indiqué. "Et notamment que le joueur en question n'était pas très concentré. Cela m'avait déçu de sa part. Cela m'a donc incité à faire cette fois appel à d'autres, clairement plus impliqués. Je veux pouvoir me baser sur un groupe aussi solide que possible, et c'est à moi de le construire. Je m'en suis ouvert à Radja. Il n'était pas question pour moi de lui réserver cette mauvaise surprise sans l'avertir..."

Début juin en Estonie l'homme aux quatre poumons de la Roma était resté tout le match sur le banc, après avoir déjà dû se contenter d'un temps de jeu réduit lors des rencontres précédentes.

D'où la violente réaction d'envoyer les Diables Rouges et Martinez promener, que lui prêtait vendredi Het Nieuwsblad dans des propos formellement démentis par Nainggolan lui même un peu plus tard sur VTM.

L'Union Royale Belge de football (URBSFA), de son côté, avait déclaré "qu'elle n'était pas au courant", à l'agence Belga.