Slavko Vincic doit respirer en son for intérieur. Il y a un an, ce n'est pas les lumières d'un grand tournoi qui l'éblouissaient mais les projecteurs de la justice. Après plus d'une décennie à avoir fait ses preuves parmi l'élite slovène et une demi-douzaine d'années à exceller en Coupe d'Europe, l'arbitre se trouve subitement dans le pétrin.

Alors que la police réalise une descente dans une maison suspecte au sein de la ville de Bijeljina en Bosnie-Herzégovine, elle découvre au domicile 9 femmes et 26 hommes impliqués dans une orgie. Parmi eux, Slavko Vincic et des poids lourds du grand banditisme dont Tijana Maksimovic, accusé de proxénétisme.

La perquisition menée débouche sur une véritable prise de guerre. Une dizaine de pistolets, 10.000 euros en liquide et 14 colis de cocaïne sont mis sous scellés. Le referee international est soupçonné de profiter des services de femmes offerts par Maksimovic.

"Je gère ma propre entreprise. J’étais en Bosnie-Herzégovine pour une réunion avec certains partenaires commerciaux, il y a eu une invitation à une fête dans un ranch à laquelle nous avons répondu. C’était ma plus grosse erreur et je la regrette.  Cette situation est perçue de manière trop dramatique. Il n’y avait pas d’orgies et je n’ai vu aucune arme. J’étais assis à une table avec mes partenaires lorsque la police est arrivée soudainement, et il s’est passé ce qu’il s’est passé. Je n’ai rien à voir avec ce groupe arrêté et détenu, et mes associés non plus", se défend-il à l'époque au journal slovène Večer.

"Je veux juste dormir, qu’on me laisse en paix et que l’on respecte mon intimité"

Le média 24Sata publie pourtant une vidéo de la perquisition où apparaissent des armes. Qu'importe, Vincic est soutenu par le président de l'association des arbitres de son pays. Pour lui, il était là au mauvais endroit et au mauvais moment.

"Selon nos sources officielles comme officieuses, incluant l’avis de Slavko lui-même, il n’est suspecté de rien du tout et aucune action en justice n’a été formulée contre lui. Pour nous, à moins que de nouvelles informations nous parviennent, l’affaire est close", exprimait Valdo Saint.

Vincic sera finalement entendu simplement en tant que témoin sans être inquiété ni par la justice, ni par sa Fédération, ni par l'UEFA.

" Il y a eu un raid, quinze personnes ont été arrêtées, et le reste s’est présenté au commissariat en tant que témoins. Je traverse une période compliquée actuellement. Quand je me refais le film dans ma tête, j’ai l’impression de rêver. Je veux juste dormir, qu’on me laisse en paix et que l’on respecte mon intimité", confiait-il il y a un an.

Douze mois plus tard, son cauchemar s'est arrêté et sa vie d'avant a repris normalement dès l'automne dernier où il avait dirigé les débats lors de Belgique-Danemark à Louvain en Ligue des Nations. Après avoir été au sifflet d'Espagne-Suède (0-0) et de Suisse-Turquie (3-1) à l'Euro 2020, il arbitrera ce vendredi le match le plus chaud de la compétition.