Le journal écrit notamment que Lukaku est "un monstre physique aux allures de boxeur", un physique que le quotidien compare... à celui de Mohamed Ali. "Les mensurations de Lukaku sont quasiment celles de Mohamed Ali, avec un tour de poitrine calculé à 116 cm il y a deux ans, et un tour de taille de 84 cm. Ce haut du corps massif, comparable à l'un des meilleurs poids lourds de l'histoire (Ali pesait toutefois 107 kg), lui confère un avantage énorme dans les duels", lit-on.

Ce n'est évidemment pas le seul point fort de l'attaquant des Diables rouges remarqué par L'Equipe. On évoque aussi dans l'article sa supposée lenteur, alors que sa vitesse de pointe a encore été enregistrée à plus de 33 km/h lors d'un match contre la Lazio Rome en février dernier. "La musculature de ses jambes, avec des cuisses imposantes, lui permet d'avoir une explosivité rare pour un tel gabarit (...) On ne compte plus cette saison les accélérations dévastatrices du Belge, avec un style de course proche de celui d'Erling Haaland. Si Kylian Mbappé a la position naturelle du sprinteur, avec le haut du bassin vers l'arrière, le pubis vers l'avant et le torse le plus droit possible, Lukaku avance plus en force. La puissance de sa poussée sur ses cuisses combinées au travail du haut de son corps, en tirant sur les bras, lui permettent de prendre de la vitesse très rapidement".

"Une machine"

Enfin, c'est son jeu dos au but, qui martyrise toutes les défenses d'Italie, qui est particulièrement salué. Notamment le travail acharné que l'ancien Anderlechtois a effectué avec Antonio Conte, pour constamment s'améliorer dans ce registre. "Il est un excellent joueur de transition et n'est jamais plus dangereux que lorsqu'il reçoit le ballon dos au but et dans les pieds", poursuit L'Equipe. "Sa fiabilité technique et sa compréhension des circuits de passes voulus par Conte en font déjà une machine."

Pour nos confrères français, il n'y a aucun doute à avoir sur le fait que Lukaku fait partie du top absolu, même s'il a encore des points à améliorer. "Inspiré par Didier Drogba, conseillé par Thierry Henry, il arrive à la plénitude de son potentiel, avec une maîtrise bien plus grande de son corps et plus d'efficience dans ses gestes. Des axes de progression subsistent - son jeu de tête perfectible notamment - mais son arsenal de capacités, entre sa vitesse, son jeu dos au but, sa vista, sa puissance et sa finesse technique font peut-être de lui l'attaquant le plus complet du monde."