Les ultras de l'Inter ont adressé une lettre surréaliste à l'attaquant belge.

Ce week-end, Romelu Lukaku a transformé un penalty lors du déplacement de son équipe à Cagliari. Avant de le frapper, il a pu entendre de nombreux cris racistes dans les tribunes adverses. Rapidement, ce triste spectacle a pris une certaine ampleur médiatique. Au point que les supporters de l'Inter se sont senti obligés de prendre position. Mais pas celle que l'on pouvait attendre...

"Bonjour Romelu. Nous t'écrivons au nom de la Curva Nord. Oui, les gars qui t'ont accueilli dès ton arrivée à Milan", commencent les supporters lombards. "Nous sommes désolés si tu penses que ce qu'il s'est passé à Cagliari est du racisme mais ce n'est pas le cas. L'Italie n'est pas comme beaucoup d'autres pays européens où le racisme est un VRAI problème. On comprend que cela puisse y ressembler mais ce n'est pas le cas."

Les supporters décrivent alors les agissements de leurs homologues sardes comme un "moyen d'aider leur équipe" en rendant "les adversaires nerveux". Vient ensuite la traditionnelle excuse du bon ami étranger, ou presque: "Nous sommes des supporters multiethniques et nous avons toujours accueilli des joueurs du monde entier, bien que nous ayons également utilisé certains moyens contre des joueurs adverses dans le passé et le ferons probablement à l'avenir. Nous ne sommes pas racistes et les supporters de Cagliari non plus."

La solution semble toute trouvée pour les nouveaux fans de Lukaku: "Prends ça comme une forme de respect, ils ont peur de toi et des buts que tu peux marquer contre leur équipe (...) Lorsqu'on dit que le racisme est un problème qui doit être combattu en Italie, on ne fait qu'encourager la répression des supporters, y compris des nôtres. La lutte contre le VRAI racisme doit commencer dans les écoles. Les supporters, eux, agissent différemment au stade et dans la vie réelle".

Le communiqué se termine par un "BIENVENUE ROMELU !" qui sert à réaffirmer le soutien des ultras de l'Inter à leur nouveau joueur. Par contre, n'allez pas demander à la Curva Nord de soutenir le Diable à n'importe quel prix. Du moins, pas à celui du "folklore"...