On avait rarement vu Roberto Martinez aussi énervé après une rencontre. Non pas sur ses joueurs, qui ont manqué d’intensité après avoir ouvert le score, mais bien sur l’arbitrage. Le sélectionneur fédéral ne comprenait pas que le but gallois, inscrit par Johnson, sur un assist (génial, en talonnade) de Ramsey à la 86e minute, ait pu être validé.

"On savait que ce match demanderait de l’énergie, on s’est créé peu d’occasions puis on a grandi pendant le match et on a marqué au bon moment. Mais il est incroyable que ce but soit accordé", indiquait l’Espagnol, énervé, au micro de RTL Sport une fois le match terminé.

Il développait le fond de sa pensée. "Il n’y a pas d’explication valable de la part de la FIFA ou de l’UEFA. La bonne décision, c’est celle de l’arbitre assistant, qui a signalé le hors-jeu. Le VAR a vérifié… et il a changé la décision alors que la ligne n’est pas correcte. On voit que les lignes tracées par la technologie ne sont pas parallèles à la ligne du grand rectangle. On a, ici, un parfait exemple du fait que le VAR ne fonctionne pas. Soit on change la technologie, soit on ne l’utilise plus du tout. Car c’est un désastre."

Ce qui ennuie surtout le coach des Diables Rouges, c’est que ce but gallois complique considérablement la tâche des Diables dans la quête du Final Four. La Belgique avait l’occasion de faire la bonne opération suite au partage des Pays-Bas face à la Pologne mais elle ne l’a pas faite. "Au lieu de trois points, on en a un", terminait Martinez. "La réalité, c’est qu’on a fait un gros effort, qu’on a tout donné et qu’au final, on perd deux points de manière inexplicable. Mes joueurs ne méritaient pas de concéder un partage."