Roberto Martinez est un homme de communication. Il n’a pas manqué de faire du placement de produit, puisque la fédération belge a une boisson sucrée parmi ses sponsors.

"Les Diables rouges aiment Coca-Cola", a-t-il rigolé en fin de conférence de presse. Il n’est pas certain que le sélectionneur se serait laissé aller à la même blague si la Belgique n’avait pas gagné, ce jeudi…

Comment expliquez-vous la mauvaise première période ?

"C’est très difficile à comprendre si vous voyez le match à la télévision, c’est plus facile à comprendre si vous avez vu le match dans le stade. L’ambiance était incroyable et on peut dire que le public a joué son rôle de soutien, pour pousser l’équipe danoise. On y était préparé, mais ce n’était pas simple. Nos vingt premières minutes n’ont pas été bonnes, parce que la charge émotionnelle était importante. De manière générale, en première période, on perdait trop de ballons, on était en retard dans les duels, on manquait de soutien."

Puis Kevin De Bruyne est monté au jeu… Vous attendiez-vous à ce qu’il soit aussi fort, si vite ?

"On connaît tous le talent de Kevin, mais ce qu’il a montré, c’était chirurgical. Il a changé la manière de jouer de l’équipe. Il a fait preuve de personnalité, aussi, et il en faut pour rentrer dans un tel match, vu les circonstances. Avec Eden (Hazard) et Axel (Witsel), on avait des joueurs qui cumulent 300 matchs en équipe nationale, donc cela donne de l’expérience en plus. Ils ont été des exemples. Axel revient de très loin, et il a su être directement disponible. Il a tout fait pour revenir, il avait mis toutes les chances de son côté, et la manière dont il a joué a été très bonne."

Pourquoi avez-vous titularisé Jason Denayer ?

"C’est très simple. Il avait joué les deux matchs de Ligue des Nations contre le Danemark et il avait été performant. Il a commis une erreur, mais cela ne remet pas ses qualités en cause. Après une telle erreur, vous pourriez vous effondrer. Mais Jason a su se relever. Si je mets son erreur de côté, il a sorti un match exceptionnel (sic)."

De Bruyne, Witsel et Hazard sont-ils prêts à débuter un match ?

"Ils sont prêts à commencer un match, oui, mais je ne sais pas s’ils sont capables de tenir nonante minutes. Leurs montées ont été importantes, et surtout très positives, pour le déroulement du match, et pour la suite du tournoi. Ils ont eu une vraie influence, mais le deuxième test est de savoir s’ils sont capables de jouer tout un match. On verra pour la Finlande (lundi prochain)."