Arrivé au Real dans la foulée de la Coupe du monde 2018, Thibaut Courtois a mis du temps avant de se mettre les fans et la presse locale dans la poche. Troisième de Liga et éliminé en huitième de finale de C1 lors de sa première saison, il avait connu sa plus mauvaise période au début de l'exercice 2019-2020, lorsque l'équipe était au plus mal et que Zidane était à deux doigts de prendre la porte.

Interrogé par nos confrères du Laatste Nieuws, Roberto Martinez se souvient notamment du nul concédé par le Real face à Bruges, en Ligue des Champions: "Thibaut a été remplacé à la mi-temps car il était malade (Bruges menait alors 0-2 au Bernabéu). J'étais présent et j'ai vu que Thibaut n'était pas heureux. Lors du rassemblement de l'équipe nationale en novembre, je l'ai laissé seul. J'ai décidé de ne pas lui parler du tout. Je voulais qu'il ait du temps pour réfléchir, seul avec lui-même. Car dans sa carrière, tout avait été facile et rapide jusque-là."

Pour Roberto Martinez, il est possible que son gardien ait connu un petit relâchement après avoir signé dans le club de ses rêves: "Ce n'est pas la première fois que cela arrive à un footballeur. Mais Thibaut a eu le déclic et a compris que cela ne faisait que commencer pour lui. Être le gardien de but du Real Madrid est l'un des métiers les plus difficiles dans le football, c'est normal qu'un peu de temps soit nécessaire pour s'y habituer. Après ce match contre la Russie, Thibaut est rentré à Madrid avec la tête vide. Et depuis le printemps 2020, il est à un niveau exceptionnel. C'est tout simplement le meilleur."