Grâce à Aaron Ramsey (55e, 1-0) et Paulo Dybala (67e, 2-0), la Juventus a remporté la match au sommet de la 26e journée du championnat d'Italie face à l'Inter, disputé à huis clos dimance à Turin.

Romelu Lukaku a joué toute la rencontre avec les Interistes. Au classement, la Juventus reprend la tête avec 63 points, un de plus que la Lazio. L'Inter est 3e (54 points).


La première période s'est jouée en deux temps avec la Juventus, qui s'est montrée dangereuse pendant les vingt premières minutes, et avec l'Inter, qui a eu la possession de balle par la suite. Les occasions de buts n'ont pas manqué dans les deux camps. Sur corner, Matthijs de Ligt a repris le ballon de la tête mettant Samir Handanovic à l'ouvrage (8e). Le gardien de l'Inter s'est ensuite détendu sur un tir de Blaise Matuidi, isolé dans le rectangle par Cristiano Ronaldo (15e).

Par la suite, les Interistes se sont positionnés dans les trois quarts turinois, faisant tourner le ballon avec quasiment toute l'équipe. Sur un effort de Lautaro Martinez, Marcelo Brozovic a tiré en un temps mais Wojciech Szczesny a dévié le ballon d'une belle détente (36e).

La rencontre a repris en seconde période avec la même intensité et un rythme élevé. L'Inter s'est procuré la première occasion sur un mouvement d'Alessandro Bastoni mais Matias Vecino n'a pas cadré son tir (48e). Par contre, lorsque Ronaldo a fait suivre à Ramsey un ballon reçu par Matuidi, le Gallois a inscrit son deuxième but (55e, 1-0).

L'Inter a accusé le coup et la Juventus en a profité. Monté au jeu (59e), Dybala a pris Ashley Young en contre-pied d'un contrôle orienté et après s'être appuyé sur Ramsey, a frappé de l'extérieur du pied gauche (67e, 2-0). La Juventus avait tout sous contrôle d'autant plus facilement que l'Inter a éprouvé du mal à réagir.

Lyon battu 1 à 0 à Lille, Jason Denayer sort sur blessure

Un but de Loïc Rémy a suffi à Lille pour battre Lyon dimanche soir dans un match comptant pour la 28e journée du championnat de France de football (1-0). Grâce à ce succès, les Dogues confortent leur quatrième place avec 49 points, à une unité de la dernière marche du podium détenue par Rennes et éloigne Lyon. Titulaire, Jason Denayer est sorti sur blessure, apparemment musculaire, à la 68e minute, Lyon reste 7e (40 points).

Avec Karl Toko Ekambi et Houssem Aouar, Lyon a animé les premières minutes de la rencontre mais Lille a répliqué par Benjamin André, Jonathan Ikoné et Rémy. L'entrejeu nordiste a alors pris l'ascendant sur celui des Gones. Il a souvent fait chaud dans le rectangle lyonnais notamment quand Rémy a pris le meilleur sur Denayer avant de manquer son centre (11e).

L'ex-Carolo Victor Osinhem (18e), Ikoné (22e), Jonathan Bamba (28e), Renato Sanches (32e)ont tous donné des soucis à Anthony Lopes. Ce dernier s'est toutefois incliné sur un coup de coin à deux entre Sanches et Bamba, qui a cédé le ballon en retrait à Rémy (33e, 1-0).

Etouffé en première période, Lyon a donné l'impression de se montrer plus présent à la reprise. Les Lyonnais ont vite été mis sous pression par Osinham dont la frappe est passée juste à côté (50e) et un tir sur le poteau d'Ikoné (51e). Sans un retour de Denayer, Osinhem se présentait seul devant le gardien lyonnais (62e).

La défense des Gones a encore tangué à plusieurs reprises mais Lille n'a pas profité des erreurs de Leo Dubois et de Bruno Guimaraes. En plus, Lyon n'a pas cadré un seul tir en seconde période.

Le Real battu au Betis

Grosse sensation au stade Benito-Villamarin de Séville où le Real Madrid a été battu 2 à 1 par un Betis survolté, dimanche soir en clôture de la 27e journée du Championnat d'Espagne, laissant Barcelone reprendre seul la tête de la Liga.

Vainqueur 1-0 samedi à domicile contre la Real Sociedad, sans vraiment convaincre, le Barça compte deux points d'avance sur l'équipe de Zinédine Zidane, peu en verve et sérieusement malmenée à Séville.

Le Real, une semaine après sa victoire dans le clasico (2-0) face au Barça n'a pas réussi à enchaîner et lâche les rênes au pire moment.


Certes la rencontre a mis du temps à s'emballer, et il a fallu atteindre la 28e minute pour voir le Betis passer à côté d'une occasion en or, avec un raté incroyable du défenseur Marc Bartra qui, seul à quelques mètres du but madrilène, a placé sa tête au-dessus !

Cette action a été la plus dangereuse des trente premières minutes, avec, à un degré moindre, un tir de peu à côté du jeune (19 ans) brésilien du Real, Vinicius (16e).

Autre action notable de la première période, une reprise magnifique du gauche de Nabil Fekir, auteur d'un excellent match, sur un service de Sergio Canales et un arrêt non moins splendide du gardien belge Thibaut Courtois, qui a détourné en corner le tir du champion du monde français (36e).

Quatre minutes plus tard, les Sévillans ont fini par trouver l'ouverture sur un tir en pleine lucarne du défenseur central brésilien Sidnei (40e), alors que Fekir, au sol, réclamait un penalty pour une faute de Sergio Ramos.

Peu dangereux dans l'ensemble, en l'absence de son milieu de terrain Isco (lombalgie), le Real est cependant parvenu à égaliser à quelques secondes de la pause, sur un penalty sifflé pour une faute de Sidnei sur Marcelo et transformé avec un beau sang froid par Karim Benzema (45+2).

En seconde période, Joaquin a été tout près de doubler la marque pour le Betis, suite à une passe au millimètre de Fékir pour Canales, mais l'attaquant vétéran, après avoir éliminé Courtois, a centré au lieu de tirer dans le but vide et Luka Modric, bien revenu, a sauvé en catastrophe son équipe. Joaquin, international espagnol au 51 sélections, a semblé accuser le poids de ses 38 ans sur cette action.

La fatigue aidant, chacune des deux équipes s'est alors créee des occasions plus ou moins franches, comme ce tir enroulé de Ferland Mendy, entré à la place de Marcelo, sur la transversale (70e), ou cette reprise au-dessus du but de Courtois du Mexicain Andres Guardado (76e).

La délivrance est finalement venu à la 82e minute pour le Betis de l'entraîneur Rubi, avec un but de l'attaquant Cristian Tello, parti seul en contre-attaque tromper du plat du pied Courtois, après avoir intercepté une relance hasardeuse plein axe de Benzema.

En fin de match le Real a bien tenté de pousser, avec l'apport de Ramos en attaque, surtout sur les ballons aériens, mais en vain, malgré un dernier tir de peu à côté de Benzema.

Avec cette victoire le Real Betis passe de la 14e à la 12e place.

Derrière le Real Madrid (56 pts), qui recevra Eibar (16e) vendredi prochain, pointe le FC Séville (3e), auteur d'un bon nul chez l'Atlético Madrid (2-2) samedi, avec 47 points, soit un de mieux que Getafe, qui a raté l'occasion de monter sur le podium en concédant le nul 0-0 à domicile face au Celta Vigo (17e) samedi soir.