Après être déjà revenu sur sa non-nomination en tant qu'adjoint de Marc Wilmots dans le staff de la Côte d'Ivoire, Vital Borkelmans va aujourd'hui plus loin. Après la rupture des liens professionnels, les contacts amicaux sont, eux aussi, au point mort.

C'est ce qu'il a confié à nos confrères du Nieuwsblad. "Notre relation était exceptionnelle, comme des frères" se remémore l'ancien T2 de Willie. "J'étais disposé à l'aider jour et nuit, j'étais toujours positif et je croyais en lui.Mais passé les compliments, place aux remords. "C'est vraiment difficile à avaler que ça se termine de la sorte. Depuis qu'il a rejoint la Côte d'Ivoire, je n'ai plus de ses nouvelles, pas même pour mon anniversaire."

L'homme, visiblement blessé par la tournure des événements, refuse néanmoins de parler en des termes négatifs de son ancien mentor. "Nous avions passé d'excellentes vacances à Venise avec nos femmes. Son épouse est géniale, comme ses enfants. Je suis confus d'avoir perdu mon meilleur ami, qu'il était vraiment devenu au fil de ces quatre années."

Outre ces souvenirs douloureux, Vital Borkelmans se dit fier des choses accomplies par les troupes de Wilmots. "Nous avons réalisé un travail dont le football belge va profiter pendant des années" assure-t-il, avant de conclure. "C'est le fruit de notre travail, et de personne d'autre. Personne ne pourra nous enlever d'avoir remis la Belgique et les Diables rouges sur la carte mondiale du football."