Le quatrième sera-t-il le bon ? Après l’Euro 2016 et les Coupes du monde 2014 et 2018, Simon Mignolet s’apprête à vivre un quatrième grand tournoi dans l’ombre de Thibaut Courtois. Et pour l’instant, il ne compte toujours aucune minute de jeu. Même quand toute l’équipe avait changé face à l’Angleterre lors du dernier match de poule en Russie, le gardien était resté sur le banc.

Forcément, ça le titille après… 17 rencontres en grand tournoi sans décoller de son siège. "On sait que Thibaut est très important pour notre équipe. Je dois juste me préparer à être là si on a besoin de moi."

Contrairement à la Coupe du monde 2018 où il venait d’enchaîner six mois de banc à Liverpool, Mignolet arrive en forme et dans le rythme à cet Euro. "C’est beaucoup mieux. Si j’avais dû jouer en 2018, on aurait pu se poser des questions sur mon état. Ce ne sera pas le cas cette fois. C’est aussi pour ça que j’avais signé à Bruges. Je voulais retrouver du temps de jeu."

Plus que Lukaku, moins que Jelle Van Damme

La possibilité de jouer à l’Euro 2021 est plus grande que dans les autres tournois. Le Covid peut facilement rebattre les cartes. C’est peut-être pour ça qu’il pourra jouer ce jeudi contre la Grèce, lui qui n’avait pas disputé une seule minute lors des amicaux juste avant la dernière Coupe du monde. "On verra comment ça se passe mais je ne veux pas décevoir le coach. J’ai participé à plus de matchs des Diables ces derniers temps (NdlR : il a débuté 7 des 12 dernières rencontres) et ça s’est à chaque fois bien passé."

Ce qui n’a pas encore été suffisant pour équilibrer une statistique surprenante : Mignolet va connaître sa 110e sélection (plus que Jan Ceulemans ou Romelu Lukaku) ce jeudi contre la Grèce mais il ne sera sur le terrain que pour la 31e fois (moins que Michy Batshuayi, Thorgan Hazard ou Jelle Van Damme).