Thibaut Courtois n'a plus encaissé de but avec le Real Madrid depuis cinq matchs, toutes compétitions confondues, se montrant décisif à plusieurs reprises. De quoi inverser la tendance après avoir essuyé des critiques en début de saison. "J'étais tranquille, je savais que j'étais fort", a confié le gardien mercredi à Tubize.

"Je ne lis pas la presse", a expliqué Courtois. "Je fais attention à ce que disent mon entraîneur, mes équipiers et ceux qui savent ce que c'est que d'être gardien. Si on n'a pas été gardien, on ne peut pas savoir comment ça se passe réellement. Les critiques, c'était surtout après le 3-0 contre le Paris Saint-Germain et le 2-2 contre Bruges, où ils marquent deux buts bizarres et où j'ai dû sortir à la pause car j'étais malade. Moi j'étais tranquille, les entraînements étaient bons. Je sentais que j'étais fort."

Courtois se sent toujours comme l'un des meilleurs gardiens du monde. "C'est aussi pour ça que je suis critiqué: si tu n'es pas dans les meilleurs et que tu encaisses, on ne va rien dire, on va penser que c'est normal. Si tu fais partie des meilleurs, on pense que tu vas tout arrêter et on va te critiquer quand tu encaisses."

En équipe nationale, Courtois n'a plus été chercher un ballon dans ses filets depuis le but contre la Russie lors de la première journée de qualification. Ce qui fait sept rencontres. "Cela peut être chouette de tenir encore deux matchs, mais je préfère gagner 2-1 ou 4-3 et gagner que faire 0-0. Bien sûr, c'est toujours chouette pour un gardien de ne pas encaisser, car sinon on va se faire tuer avec les statistiques, même sans analyser la manière. Avec les Diables, il n'y pas eu beaucoup de matchs où nous étions obligés de garder le zéro, même si ce n'est pas toujours facile de garder sa concentration quand tu gagnes 3 ou 4 à 0."