Près d’un an sans porter la vareuse de l’équipe nationale, c’est long. Pour son retour, Thibaut Courtois a gardé ses filets inviolés. Il compte bien faire pareil mercredi contre le Danemark.

Thibaut, revenons deux ans en arrière, comment expliquez-vous la débâcle en Suisse ?

"Nous pouvions perdre par deux buts d’écart. On menait 2-0 et on s’est relâchés. Cela a été une leçon. Et je préfère la recevoir en qualification plutôt que durant un grand tournoi. Nous ne pouvons pas nous le permettre ce coup-ci. Nous avons appris de cette défaite. Nous nous battrons pour gagner. À 100 % de notre concentration, nous sommes capables de le faire."

Quel sera le secret pour ne pas retomber dans ce piège ?

"On ne doit pas penser que c’est fait. Nous allons affronter un gros adversaire qui a quand même battu les Anglais. Calculer serait une erreur. On veut gagner."

On a l’impression que le groupe est plus mobilisé pour cette compétition que par le passé ?

"Il y a toujours eu de la motivation. Après, il n’est pas simple de gérer ce rythme de matchs. Heureusement, le coach est très à l’écoute. Tout le groupe a envie de finir cette Ligue des Nations en beauté en jouant pour un prix."

Voyez-vous le groupe davantage capable de gagner un prix ?

"Prenez notre équipe au Brésil en 2014 et celle que nous avons à l’heure actuelle. Nous avons plus de six ans d’expérience en plus, nous défendons mieux, chacun sait ce qu’il doit faire avec précision. OK, face aux Anglais, nous aurions dû davantage maîtriser le ballon. C’est un point à travailler."

Vous avez quasiment tous gagné de grands trophées en club. N’avez-vous pas peur de ne jamais y parvenir en équipe nationale ?

"On ne doit pas craindre ce genre de chose. Nous avons tout pour gagner un trophée. C’est notre ambition. Sinon, on ne serait pas aussi déçus après l’élimination à la Coupe du monde ou à l’Euro."

Vous allez peut-être disputer trois tournois en 18 mois. Avec quelle ambition aborderez-vous cette période ?

"On rêve tous de gagner un Euro ou une Coupe du monde. Mais laissez-nous nous qualifier pour le Final Four puis aller à l’Euro."