Comme consultant pour Sky, il a déjà encensé plusieurs de nos attaquants.

Depuis sa retraite footballistique, en décembre 2014, Thierry Henry n’a pas chômé. À peine avait-il quitté les New York Red Bulls qu’il s’engageait avec Sky Sports comme consultant. Et pas n’importe quel consultant puisqu’il est devenu le mieux payé de la planète, avec un contrat de 6 millions d’euros par an.

En un an et demi, l’ancien international français a eu l’occasion de visionner de nombreuses rencontres de Premier League, durant lesquelles il a pu observer de nombreux Diables Rouges en action. Et s’enthousiasmer de leurs performances. Florilège.

Kevin De Bruyne

Dès son arrivée à Manchester City, De Bruyne a séduit Thierry Henry, qui n’a pas hésité à le faire savoir. "Il répond présent", expliquait-il fin octobre 2015. "Il est arrivé à City pour beaucoup d’argent, mais nous pouvons déjà remarquer de quoi il est capable. C’est probable qu’il termine la saison avec quinze buts et quinze assists . Dans le football, c’est rare d’avoir un joueur qui peut marquer ou faire une passe décisive à tout moment. En plus, il peut jouer sur la droite, sur la gauche, derrière l’attaquant ou en pointe. C’est un joueur intelligent."

Christian Benteke

Lorsque Thierry Henry a débuté ses activités de consultant, Christian Benteke évoluait toujours à Aston Villa. Et le Français était un de ses fans. "Tout ce qu’il touche se transforme en but", indiquait-il en avril 2015, avant de s’extasier sur le transfert de l’attaquant belge à Liverpool, quelques mois plus tard. "S’il fait une bonne saison, il est capable d’amener Liverpool dans le top 4. Je veux le voir réussir."

Si sa prédiction s’est finalement révélée fausse, Henry avait également eu, à l’époque, cette phrase empreinte d’admiration à l’égard de Benteke. "Si je devais choisir un attaquant actuel avec lequel j’aimerais jouer, je dirais Christian Benteke. J’aurais aimé jouer derrière lui. J’aime la manière dont il se déplace, dont il se comporte dans la surface et sa faculté à dévier les longs ballons. J’aurais pris beaucoup de plaisir à me déplacer autour de lui. Il peut garder le ballon mais aussi finir en un temps. Parfois, il pourrait peut-être travailler un peu plus sa finition, mais c’est un très bon attaquant."

Romelu Lukaku

Comme Benteke, Romelu Lukaku fait partie des attaquants qui impressionnent le meilleur buteur de l’histoire de l’équipe de France. "C’est l’un des joueurs qui a le mieux progressé", disait-il à propos du Diable en janvier 2016. "Quand il est arrivé à Chelsea, beaucoup le voyaient devenir le nouveau Didier Drogba. Mais il était difficile pour lui de rivaliser à l’époque avec Torres, Drogba, Anelka et Sturridge. Il aurait été facile pour lui de rester sur le banc de Chelsea mais il a pris son destin en main. Il est parti pour apprendre et jouer des matches. Il n’a que 22 ans et a déjà marqué 123 buts en championnat et en équipe nationale. C’est très impressionnant ! Quand Everton marque un but, on sait qu’il est impliqué d’une manière ou d’une autre."

Eden Hazard

Depuis janvier 2015, Thierry Henry a toujours été un grand admirateur d’Eden Hazard, même quand Chelsea et Mourinho ont traversé une période plus délicate. "Son langage corporel montre qu’il ne veut pas vraiment jouer le football de Mourinho", expliquait l’ancienne idole d’Arsenal en octobre 2015. "Cela demande beaucoup d’efforts à Hazard de revenir très bas, récupérer, et jouer la contre-attaque."

Et une fois le Brainois revenu à son meilleur niveau en juin dernier, Henry a eu cette déclaration pleine d’affection à son égard. "Il me rappelle moi quand j’étais jeune. C’est juste fou ce qu’il peut faire. On a l’impression d’être dans un jeu vidéo avec une seule chose à faire : donner la balle à son meilleur joueur."

Un beau compliment pour Hazard, de la part de son idole, qu’il aura désormais l’occasion de côtoyer de très près.