On ne s’y attendait pas vraiment, alors ça a un peu surpris : Youri Tielemans a livré un match en demi-teinte, samedi. Du moins, un début de rencontre inférieur à ce à quoi il nous avait habitués ces derniers mois, lui qui est devenu un cadre en sélection et qui a pris une autre dimension cette saison à Leicester, à l’image de ce but décisif en finale de Cup. Mais le Fox ne s’est pas dispersé et a repris ses esprits, pour retrouver un niveau plus conforme au sien. Don’t panic. "Oui, j’ai eu trente premières minutes plus compliquées, des phases où j’aurais dû mieux utiliser mon corps, faire de meilleurs choix, reconnaît-il. Mais j’ai réalisé une meilleure deuxième période, comme le sera le reste du tournoi, j’espère. Je n’ai pas stressé, j’ai juste essayé de rentrer dans mon match, sans me poser de questions. Plus je touchais le ballon, mieux je me sentais."

Comme un joueur qui possède déjà une grosse maturité, à 24 ans à peine. "Oui, j’ai l’expérience de la Coupe du monde, je connais cette situation (NdlR : de ne pas bien démarrer une rencontre) et ça ne me fait pas douter. D’autant que j’ai gagné en constance, cette saison, à Leicester."

Une Angleterre où il a pris de l’assurance, et du volume, aussi. Au point d’être un incontournable… et même un des dix joueurs de champ de cet Euro avec le plus de minutes dans les jambes depuis mai 2020 (voir tableau). Premier League, Cup, Europa League : il n’a manqué qu’un seul des 52 matchs possibles ! "Plus je joue, mieux je me sens. Ma condition physique a encore progressé. Plus je travaille mon corps, plus je me sens fort. Le championnat anglais m’a aidé à ce niveau. Il faut être physiquement costaud pour s’y imposer."

Tielemans a aussi une énorme expérience des médias et une intelligence de jeu qui s’applique à une communication sans fausse note. L’ex-Anderlechtois n’a pas manqué de souligner l’apport de Meunier. "C’est la force des Diables. J’avais lu qu’on avait été la première équipe à voir deux remplaçants marquer en Coupe du monde (NdlR : contre le Japon en 2018). Samedi, Thomas a vu Tim (Castagne) lui passer devant, mais après une petite demi-heure, il monte, marque et délivre une passe décisive. Cela montre que ce groupe se donne à fond malgré la déception de ne pas commencer."

Remplaçant : un statut qui sera peut-être le sien, si le sélectionneur vient à reculer KDB aux côtés de Witsel dans l’entrejeu, plus tard. "Si j’appréhende un changement ? Non, peu importe qui joue ou le système, le coach décide et je m’adapte si besoin. Je joue à fond, tout simplement."

Sans se poser de questions. Ni sur son statut chez les Diables, ni sur son avenir en club. On le place pourtant volontiers sur la liste des gros transferts de l’été en Premier League, d’autant que Leicester a loupé les places pour la C1. "Je ne pense qu’à l’Euro en ce moment, pas à autre chose."

Même si certains pensent Liverpool, qui vient de perdre Wijnaldum, prêt à mettre 80 millions € sur la table. "Pfff, non, ça ne m’intéresse pas. C’est bon pour les journalistes."

Tielemans ne pense qu’à Danemark - Belgique, et aux retrouvailles forcément "émouvantes" avec Kasper Schmeichel, son équipier en club. "Je lui ai envoyé un message, pour montrer mon soutien et lui donner de la force."

Cette saison, Tielemans en a pour deux.