Cet été, Toby Alderweireld a changé de vie. Arrivé en 2014 en Angleterre, il a quitté la Premier League et Tottenham pour le modeste championnat qatari et Al-Duhail. Un championnat forcément moins éprouvant physiquement pour celui qui a fêté ses 32 ans en mars dernier. "Mon intégration avec ma nouvelle équipe s'est bien passée", a-t-il commencé.

Manque de chance, le défenseur anversois a rapidement été infecté par le Covid. Mais il a tenu à rassurer tout le monde: il est en forme. "Entre-temps j'ai bien récupéré et je suis tout à fait apte à commencer cette demi-finale de Nations League."

Une bonne nouvelle sachant que Roberto Martinez n'a sélectionné que quatre défenseurs axiaux. Ce qui ne constitue pas un problème pour le défenseur formé à l'Ajax. "Pourquoi n'avoir pris que 4 défenseurs? Il faut poser la question au coach. Ce que je peux vous dire, c'est que nos quatre défenseurs centraux sont en forme. Et que les choix n'ont pas été faits à la légère. Nous sommes confiants dans le fait que nous serons en mesure de terminer parfaitement cette compétition avec les joueurs sélectionnés."

Pour disputer la finale de dimanche, les Diables devront d'abord vaincre la France. Un sacré morceau. "Clairement, c'est une équipe de très haut niveau. Mais nous ne devons pas leur laisser le sentiment que cette équipe est trop forte. Personnellement, je vois cette rencontre comme un obstacle à la finale. Nous devons aborder ce match de façon professionnelle. Nous avons une idée de comment battre cette équipe."

Pour lui, c'est du 50/50 entre ces deux formations. "Je pense que nous devons les regarder en face. Ce que fait la France n'a pas beaucoup d'importance. C'est une belle étape pour démontrer pourquoi nous sommes le numéro un au classement FIFA."

Face à lui, le joueur de 32 ans devra batailler contre ce qu'il se fait de mieux en Europe. Malgré son âge avançant, Alderweireld est confiant. "J'ai hâte de jouer contre des gars comme Mbappé et Griezmann. Je n'ai pas peur. Je veux me montrer et prouver que nous pouvons contenir ces gars-là." Pour conclure, il est revenu sur les critiques à propos de la défense vieillissante des Diables. "Les commentaires sur la défense... Qu'est-ce que je peux dire à ce sujet ? Nous avons toujours obtenu de bons résultats et nous allons essayer de continuer dans cette voie. Nous répondrons sur le terrain" a ajouté l'expérimenté défenseur.

Clairement, les Diables viseront la victoire finale à la Nations League. "Effectivement, cette compétition n'a pas encore une grande histoire. Mais cela n'a pas d'importance, nous allons tout faire pour gagner ce tournoi."

"Les Français me parlent souvent de la Coupe du monde 2018"

Après Alderweireld, c'est Thomas Foket qui s'est présenté devant les journalistes. Appelé en dernière minute pour remplacer Thomas Meunier, le latéral droit se tient prêt. "Je suis très fier dans cette sélection de 23 joueurs. Si je peux jouer des minutes, je donnerai tout. Mais il y a tellement de bons joueurs. C'est difficile d'entrer dans un groupe avec autant de talent. Donc je suis patient."

Pour l'ancien défenseur de Gand, les Diables prennent cette compétition avec beaucoup d'importance. "Le niveau de la Ligue des nations est très élevé. Forcément, les autres équipes vont également prendre cette compétition avec sérieux. Il s'agit d'une intensité bien supérieure aux rencontres amicales ou aux matchs de qualifications."

Depuis 2018, il est devenu une valeur sûre de Ligue 1 à son poste avec Reims. Cette rencontre aura donc une saveur particulière "Les Français sont très fiers. D'ailleurs, ils me parlent souvent la Coupe du monde 2018. Il ne serait donc pas mauvais pour nous, et pour moi, de gagner jeudi", explique-t-il avec un sourire aux lèvres.

S'il n'était pas présent avec Roberto Martinez en Russie, Thomas Foket remarque que les Diables veulent absolument gagner après leur défaite en demi-finale contre les Bleus. "Le sentiment de revanche parmi les joueurs est grand. C'est le moment de montrer qu'on peut gérer contre les grosses équipes. Même si cela sera difficile contre une équipe qui connaît très bien le haut niveau."

A titre personnel, le défenseur aura à coeur de montrer qu'il mérite sa place à ce niveau. "J'ai vu ce que Vanaken est parvenu à faire avec les Diables. Je sens que je peux aussi bien évoluer dans une meilleure équipe." A Reims, le joueur a le sentiment d'avoir progressé. "Beaucoup de joueurs de Ligue 1 ont déjà réalisé de beaux transferts. Des anciens coéquipiers également. Physiquement, c'est un championnat très costaud. C'est une bonne compétition pour prouver que vous avez le niveau de ce côté là. J'ai également appris à penser davantage comme un vrai défenseur."

Dans son championnat, il a déjà affronté plusieurs fois la superstar des Bleus Kylian Mbappé. Pour l'arrêter, il faudra défendre collectivement. "Personne ne connaît la recette pour arrêter Mbappé", estime-t-il. "Il est très fort physiquement et rapide en un contre un. Pour le stopper, nous devons nous entraider les uns les autres autant que possible. Honnêtement, je ne lui ai pas encore vraiment parlé. Une fois, il m'a dit: 'je vais te mettre à l'endroit le jeune'. Mais rien de plus."

Comme Alderweireld, Foket ne pense qu'à une chose: la victoire. "Nous sommes prêts à gagner quelque chose. Nous voulons montrer que nous sommes là. Ce serait bien de le faire contre les plus grandes équipes du monde."