Les deux gardiens venaient de passer professionnels à Genk.

Une carrière de footballeur ne tient à pas grand chose, d'autant plus quand on est gardien. C'est ce que doivent se dire Thibaut Courtois et Koen Casteels, deux de nos gardiens internationaux, l'un jouant au Real Madrid, l'autre à Wolfsburg.

Mais il s'en est fallu de peu pour que ce soit l'inverse. Lutz Pfannenstiel, un ancien gardien qui était devenu ensuite responsable du recrutement pour Hoffenheim entre 2010 et 2018, a révélé une anecdote sur Thibaut Courtois et Koen Casteels, à l'époque où les deux gardiens étaient encore d'illustres inconnus en Belgique.

"Ils étaient vraiment comparables en tant que gardiens", a relaté Pfannenstiel à la plateforme de streaming sportif DAZN, repris par nos confrères du Laatste Nieuws, "Ils se ressemblaient très forts même, seuls leurs noms étaient différents. Hoffenheim a suivi les deux joueurs en 2010. Il y avait un doute sur celui des deux que le club allait recruter. Casteels figurait déjà dans le noyau A tandis que Courtois faisait des allers-retours entre les espoirs et l'équipe première."

Finalement le premier choix du club allemand se porte sur le second : "Nous étions tout proche d'un accord avec Courtois. Mais à l'époque, il y a eu un échec en mathématiques à l'école et le deal a  capoté", a poursuivi Pfannenstiel.

Quelques mois plus tard, le gardien numéro un des Limbourgeois, Laszlo Köteles ne pouvait plus jouer avec le club en raison de problèmes avec sa licence. Thibaut Courtois ayant travaillé plus dur que Koen Casteels durant la préparation, l'entraîneur de l'époque, Franky Vercauteren, avait décidé de l'aligner entre les perches pour le premier match du championnat. Une position qu'il n'allait plus quitter pour le reste de la saison de laquelle Genk est sorti vainqueur. 

Peu après, Courtois quittait le Limbourg pour Chelsea qui le prêtait immédiatement à l'Atletico Madrid où il explosait dès la saison suivante aux yeux de l'Europe.

Dans son ombre, Koen Casteels avait également quitté la Belgique cet été-là pour rejoindre... Hoffenheim.

Mais malgré leur trajectoire différente, Pfannenstiel pense toujours que Casteels peut devenir un gardien du top mondial : "Il fait très peu de fautes et un gardien très moderne selon moi." Casteels avait été élu meilleur gardien de Bundesliga en 2018.