Paul Van Himst ne veut pas craindre que les Diables puissent manquer d'engagement à Tallinn

Waseige: "Pas de risque, l'alchimie a opéré..."


GRAND-BIGARD Un vieil adage prétend que seul le premier pas coûte.

En domptant la Turquie, les Diables Rouges ont-ils résolument inversé l'effroyable tendance qui les précipitait dans les abîmes du classement mondial ?

Paul Van Himst juge évidemment toute euphorie prématurée : "Notre équipe nationale a accompli un grand pas : elle a renoué avec la victoire. Mais si elle ne confirme pas mercredi soir à Tallinn, on oubliera vite le résultat de samedi dernier et on frôlera de nouveau le négativisme. La Belgique n'est évidemment pas guérie : elle va peut-être à peine s'engager dans une phase de convalescence active."

À Erevan, face à l'Arménie, lors du dernier match de Frank Vercauteren, les Diables Rouges avaient étalé toute la gamme de leur désintérêt. L'Estonie ne jouit pas d'une réputation plus flatteuse.

Dick Advocaat paraît avoir éradiqué toute menace de cette nature.

"On peut effectivement espérer, de la part des Diables, un engagement similaire à celui qu'ils ont affiché contre la Turquie", confirme Paul Van Himst. "Ne serait-ce que parce que les joueurs retenus vont vouloir continuer de marquer des points aux yeux de leur nouveau coach. Il est déjà suffisamment malheureux de constater qu'il ait fallu s'impatienter un an avant de retrouver une équipe qui avait de nouveau envie de jouer : c'était contre l'Espagne. Je le répète : si les Diables Rouges sombraient de nouveau dans leurs travers, leur victoire contre la Turquie n'aurait servi à rien."

Paul Van Himst veut croire que les Diables seront hypermotivés à Tallinn.

"Ils ont compris, enfin, qu'ils n'avaient plus à discutailler. Je prends l'exemple de Vermaelen, stoppeur à Arsenal et arrière gauche chez les Diables. Il a, certes, glissé qu'il n'occupait pas là sa meilleure place mais qu'il y a joué pour le bien de l'équipe. Si Vercauteren était resté son coach fédéral, Thomas aurait peut-être dit : 'Je ne joue pas'. Après une semaine d'excellent travail de Dick Advocaat, on pouvait s'attendre à une réaction d'enthousiasme semblable. Mais elle ne peut pas laisser tomber le coach mercredi."

Même si, réaliste, Paul Van Himst assure : "Le gros travail débutera... au lendemain du tirage au sort du prochain Euro."



© La Dernière Heure 2009