Diables Rouges

"Je ne vois pas pourquoi je refuserais de m’exprimer. Je suis droit dans mes bottes." C’est par ces mots que Philippe Vande Walle, consultant sportif écarté par la RTBF pour un tweet jugé raciste, nous répond. Pour l’ancien sportif, pas question de cacher quoique ce soit, donc. "Je ne suis pas raciste et je suis très blessé que l’on puisse penser que je le suis", poursuit l’ancien consultant.

On ne peut s’empêcher de lui faire remarquer que parler de "pur belge", ça sonne pourtant très raciste. "Je me suis rendu compte trop tard que j’avais utilisé un mot inapproprié. Ma compagne m’a fait remarquer qu’en utilisant le mot "pur", les gens allaient penser à la pureté du sang. J’ai d’ailleurs lu les réactions que j’ai engendrées sur Twitter. Alors que je ne parlais absolument pas de ça. Ce que je voulais faire passer, c’est mon agacement devant les hésitations de Bakkali à devenir Diable. Et que des vrais Belges, c’est-à-dire des personnes motivées et fières de porter les couleurs belges, en rêvaient. Je ne parlais ni de couleur de peau, ni de religion, ni de rien dans le genre. Je ne parlais que de motivation", se défend-il.

Et de poursuivre : "J’ai été choqué qu’on me compare à Luc Trullemans (qui avait été écarté de RTL-TVI après avoir tenu des propos racistes et islamophobes, des idées qu’il avait confirmées ensuite dans d’autres messages du même acabit NdlR). Il a parlé d’Arabes, de musulmans,… Ce n’est pas du tout mon propos. Vraiment, mon problème résidait dans le comportement de Bakkali, alors qu’on lui proposait de jouer en nationale. Et le pur Belge est celui qui sauterait de joie à cette idée. Ni plus, ni moins."

Philippe Vande Walle se dit déçu de la réaction de la RTBF : "Ils m’ont dit que j’étais suspendu de toute activité, en radio et en télévision. Je ne suis pas vraiment en colère mais je m’attendais à autre chose. Je me sens blessé d’être accusé de quelque chose d’aussi faux. Il suffit de me connaître pour savoir que je suis tout sauf raciste. J’ai tendance à lutter contre les discriminations. En 35 ans de carrière dans le football, je n’ai que des anecdotes positives à raconter sur les échanges culturels que j’ai vécu. Je suis l’heureux grand-père d’un enfant turco-belge. Non, vraiment, je n’ai rien de xénophobe."

Pour appuyer ses dires, l’ancien footballeur rappelle : "J’ai la réputation de ne pas mâcher mes mots et de dire ce que je pense. Si j’étais raciste, ça se saurait depuis longtemps, croyez-moi." Philippe Vande Walle conclut : "J’estime qu’un pur Belge est, dans le sport, quelqu’un qui veut porter haut et fier les couleurs noires jaunes rouges. Peu importe son origine ou sa couleur de peau. Cela fait une grande différence avec des idées racistes, non ?"