Marc Wilmots ne change pas ses habitudes. Il est arrivé en conférence de presse sans modifier sa façon de se comporter ou de s’exprimer. De manière très calme. Et aussi très déterminée en pensant à la suite.

"Sur le match, j’ai peu de choses à dire. Nous avons eu douze occasions et le pays de Galles deux. Il nous faut plus un instinct de tueur et être moins joueur. Mais c’est aussi ce qui fait le charme de notre équipe et ce qui plaît au public. Un nul est décevant, mais ça peut arriver. L’important, c’est notre qualification. Huit victoires, aucune défaite et 26 sur 30 : c’est exceptionnel. Je dois remercier tous ceux qui ont travaillé pour qu’on en arrive là : les joueurs, le staff et les gens de la Fédération. Après la Croatie, je n’avais pas fait la fête. Mais là, je vais la faire ! En famille. Et ce mercredi midi, ce sera fini. Il y a aura du boulot. Maintenant, c’est une préparation de huit mois qui commence."

Avant cette campagne, vous vous attendiez à terminer invaincu ?  

"Non. Mais on a progressé, étape par étape, pour atteindre ce niveau. L’état d’esprit a aussi joué un grand rôle. On en a encore eu la preuve ce soir, avec la présence de Vincent Kompany."  

Votre accolade avec Daniel Van Buyten était très symbolique…  

"Daniel et moi avons vécu beaucoup de choses similaires. Il en a bavé ! Dans le foot, le tout n’est pas de briller quelques saisons, mais de rester au sommet pendant 15 ou 18 ans. Daniel l’a fait. Il est, comme Timmy Simons, un mec extraordinaire. Il ne méritait pas d’être remplacé mais il méritait cette ovation du public…"  

Les joueurs présents ici, c’est un groupe qui a toutes les chances d’aller au Mondial, non ?  

"Vous me demandez déjà la liste des 23, c’est ça ? Ce qui est clair, c’est que 18 ou 19 joueurs ont porté ce groupe-là où il est, de la 55e à la 4e ou 5e place mondiale. C’est ma base, je m’appuierai dessus. Les autres joueurs qui veulent en être devront se faire découvrir et faire leurs preuves."  

Tout le monde se demande jusqu’où les Diables peuvent aller au Brésil… Vous en pensez quoi ?  

"C’est impossible pour moi de répondre. Car on ne sait pas qui sera blessé au début du tournoi, qui sera en forme, en méforme… Je ne rêve pas. On ira simplement au Brésil pour gagner le plus de matches possibles."