L'UEFA sonde Marc Van Ranst pour la suite de la compétition: "Une finale de coupe à huis clos reste possible mais seulement si la courbe est à zéro"

L'UEFA a demandé des conseils au virologue belge Marc Van Ranst.

L'UEFA sonde Marc Van Ranst pour la suite de la compétition: "Une finale de coupe à huis clos reste possible mais seulement si la courbe est à zéro"
©D.R.

L'UEFA a demandé des conseils au virologue belge Marc Van Ranst.

Ce dernier a défendu la décision de la Pro League (pour laquelle il avait été consulté) de ne pas poursuivre la saison de football en Belgique. Notre fédération, qui a été pointée du doigt par l'instance européenne de football après avoir pris cette décision, était l'une des premières à prendre de telles mesures en Europe.

Désormais, d'autres nations devraient faire de même. "L'UEFA commence à reconnaître que le football n'est plus possible cette saison", confie Van Ranst à nos confrères du Nieuwsblad. "Personne ne peut reprocher aux clubs belges d'avoir pris la décision d'abandonner la saison. Les clubs ont besoin de trois à quatre semaines (au minimum) d'entraînement avant de reprendre les matches. Il n'est alors pas réaliste de terminer les compétitions en cours", poursuit-il. L'instance européenne a décidé de post-poser le début de la prochaine campagne de Ligue des Champions et d'Europa League. On ne jouera donc pas les tours préliminaires avant le mois d'octobre. 

Quid de la finale de Coupe de Belgique ? Marc Van Ranst confirme qu'il est dangereux de jouer la rencontre mais la disputer à huis clos reste possible. "Mais seulement si nous mettons la courbe à zéro. Nous avons cela en main, si tout le monde continue de suivre les mesures. Une finale à huis clos serait possible si nous avons la certitude absolue que les supporters ne feront pas la fête ailleurs. Si les fédérations de supporters ne peuvent pas nous donner de garanties solides à ce sujet, il n'y aura simplement pas de match", affirme-t-il au Nieuwsblad.

Car le virologue et professeur de l'Université de Louvain rappelle que jouer au football est secondaire, actuellement. De plus, Marc Van Ranst rappelle qu'on ne sait pas encore si on se trouve au sommet du premier pic. Difficile donc d'annoncer une date de reprise des compétitions en Belgique. "Comment pouvez-vous parler d'abandonner les mesures et de relancer la compétition si nous ne savons même pas si nous sommes au sommet du premier pic? Le football est le problème secondaire le plus important au monde et nous en parlons avec les dix spécialistes qui déterminent la stratégie de sortie. Mais nous devons être honnêtes: les événements de masse comme les matchs de football ou les festivals de musique seront parmi les dernières choses que nous autoriserons à nouveau."

Avant de rappeler: "Nous sommes maintenant au début d'avril et 1 600 nouveaux cas ont été identifiés ce vendredi. Qui plus est, nous savons que ce nombre est une sous-estimation".

Tous les scores de la Jupiler Pro League en live

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be