"La plus belle de mes trois finales européennes": quand Frankie Vercauteren évoque le succès d'Anderlecht en Coupe de Coupes en 1976 face à West Ham (3/5)

Frankie Vercauteren avait à peine 19 ans quand il est monté au jeu pour Coeck à la 32e minute en finale européenne face à West Ham. Comme d'autres anciens Mauves, il avait évoqué avec nous ce beau souvenir voici quelques années.

"La plus belle de mes trois finales européennes": quand Frankie Vercauteren évoque le succès d'Anderlecht en Coupe de Coupes en 1976 face à West Ham (3/5)
©BELGA

Qui dit Anderlecht - West Ham, l'affiche de ce jeudi en Conference League, dit finale de la Coupe des Coupes en 1976 qui se jouait au Heysel et qu'Anderlecht avait remportée 4-2.

Dans cette série en cinq épisodes que nous vous proposons d'ici au coup d'envoi de la rencontre, nous donnons la parole aux protagonistes de ce grand moment de l'histoire des Mauves. Dont Frankie Vercauteren, qui n'avait alors que 19 ans.

Jan Ruiter: "J'avais joué avec des gants tricotés"

Sur le banc en début de match, Frankie Vercauteren est monté au jeu à la 32e pour remplacer le regretté Ludo Coeck, blessé à la cheville après avoir taclé la vedette anglaise Trevor Brooking.

"Je n'étais pas stressé à l'idée de monter au jeu, mais l'échauffement avait été embêtant", se souvient Frankie, actuellement sans club. "Ludo était très incertain avant le match, et jusqu'à la dernière minute, je ne savais pas si je devrais monter au jeu."

Vercauteren, qui portait le numéro 15, avait presque loupé le grand rendez-vous. "J'avais été opéré deux fois, cette saison-là. Deux fois au même genou. La première fois au ménisque externe, puis au ménisque interne. J'étais rétabli en avril, et la finale se jouait début mai. D'ailleurs, j'ai joué le match avec un gros bandage, mais il servait plus à me rassurer mentalement qu'à soutenir mon genou."

Vercauteren a gagné trois Coupes d’Europe en tout (4-0 contre l’Austria Vienne en 1978 et 1-1 à Benfica après le 1-0 de l’aller en 1983), mais celle de 1976 a une place particulière dans son cœur.

“Parce que c’était ma première, mais surtout parce que la finale se jouait à Bruxelles. J’étais né à Bruxelles et je vivais à Bruxelles. C’était surréaliste de pouvoir soulever la Coupe d’Europe dans ma propre ville. Ma prestation était correcte mais pas éblouissante. Disons que je n’ai pas commis d’erreurs de jeunesse.”


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be