Vandenhaute a parlé à la télé: "Anderlecht va redevenir le meilleur club de Belgique"

Selon le président Vandenhaute son papa, sa maman et son épouse ont encore plus souffert que lui.

Vandenhaute à La Tribune
Vandenhaute à La Tribune ©DR

Wouter Vandenhaute tient sa parole : il communique davantage que lors du passé. Ce lundi soir, il était l’invité de La Tribune à la RTBf et de De Afspraak à la VRT. Voici le best of de ses déclarations.

”Le rôle de président non-exécutif me plaît plus que mon ancien rôle de président exécutif. Je ne suis pas partisan d’un système dans lequel une seule personne a tout le pouvoir. Ce n’est pas sain. Demandez aux personnes avec qui j’ai travaillé dans le passé : j’ai toujours fonctionné de cette façon.”

”Le Conseil d’administration de vendredi ? J’ai quitté la salle pour que les membres puissent débattre sans moi. La solution que nous avons trouvée, est la meilleure possible. Non, je n’ai pas songé à jeter l’éponge. Si cela avait été mieux pour le club, je l’aurais fait. Mais beaucoup de gens au sein du club et même des supporters m’ont supplié de ne pas quitter le navire. Ce soutien m’a donné de l’énergie.”

”Oui, cela a été une semaine éprouvante. Mais encore plus pour mon papa de 89 ans et pour ma maman de 85 ans. Et pour mon épouse, qui travaille à la VRT. Elle n’a pas su venir travailler pendant quelques jours parce qu’on allait parler de son mari.”

”Si je me suis senti menacé par les supporters ? Je ne vais pas parler de cela. Je comprends que tout le monde est frustré. Je vais dialoguer avec les supporters, on est en train d’organiser une rencontre. Mercredi passé, une partie des supporters ne voulait pas que je sois présent à la réunion et je n’ai donc pas insisté. Je veux essayer de convaincre tous les supporters – même la petite partie qui est très mécontente – de soutenir le club.”

”J’ai déjà vécu une situation similaire quand j’ai décidé de supprimer le Mur de Grammont du Tour des Flandres. On m’a aussi reproché de détruire le cyclisme et de me remplir les poches. Et regardez où est le Tour des Flandres maintenant. C’est le numéro 1 des classiques. Je vois un parallèle avec Anderlecht. Les deux ont fait du surplace pendant trop longtemps et n’ont pas assez évolué. J’espère pouvoir dire dans quelques années qu’Anderlecht sera aussi le numéro 1. Et en fait, j’en suis convaincu que nous allons redevenir le meilleur club de Belgique. J’ai des nausées en disant que nous sommes 12e au classement à 6 points de la 8e place de Saint-Trond.”

”On va se battre pour une place dans les playoffs 2. On sera ambitieux lors du mercato. On vient d’ailleurs d’acheter le Danois Dreyer qui a une valeur marchande de 9 millions.”

Tous les scores de la Jupiler Pro League en live

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be