Le Polonais est de retour dans le groupe. C’est le début d’une période décisive pour lui car son contrat expire en juin

ANDERLECHT Qui a dit que le duel des Sporting manquait d’attrait ? Ce soir, sur la pelouse du stade Constant Vanden Stock, on pourrait assister à un moment marquant dans le petit monde du football belge : le (vrai) retour de Marcin Wasilewski.

Le Polonais est en effet convoqué dans le groupe anderlechtois qui affrontera Charleroi ce soir. Il prendra normalement place sur le banc et si le score évolue favorablement pour les Mauves , il pourrait jouer quelques minutes.

Ce retour, Wasyl l’attend depuis quinze mois. C’est vrai, entre-temps, l’arrière droit a fait une apparition en équipe première : le 8 mai, il a joué dix minutes contre Saint-Trond, mais il n’était pas prêt. Il s’agissait davantage d’une récompense, d’une carotte pour le faire avancer dans sa revalidation. Cette fois, la donne est différente.

Wasyl a franchi un cap” , se félicite Ariël Jacobs. “Malgré une certaine réserve qu’il s’impose, tout s’est bien passé pour lui lors des entraînements et des matches des Espoirs. Médicalement, il est apte. Reste à voir comment il se comportera quand il sera amené à jouer, face à des adversaires qui ne le ménageront pas. On ne peut pas parler de garantie, mais il n’y a aucune raison de douter. En principe, ses rechutes appartiennent au passé.”

Wasilewski a accueilli la nouvelle avec énormément d’enthousiasme. Et pour cause : si ça ne tenait qu’à lui, il aurait fait son retour bien plus tôt.

“On a plusieurs fois dû freiner Wasyl, qui ne comprenait pas pourquoi” , poursuit Jacobs. “À chaque fois qu’il n’apparaissait pas dans la sélection, il grognait… Mais il faut le comprendre. Pour lui, revenir est devenu une obsession. Il a tout fait, voire trop fait. Malgré les coups durs, il a toujours gardé la même volonté. De toute ma vie, je n’avais encore jamais vu autant de force de caractère chez un joueur de football ! Quand on sait ce qu’il a vécu – la douleur, l’incertitude, les contretemps, tout cela à son âge – d’autres personnes auraient dit stop. Pas lui…”

Enfin sur la bonne voie, Wasilewski a encore de la marge : le club a toujours affirmé qu’un bilan le concernant serait dressé en janvier. “Il est donc en avance sur cette prévision. Du fond de mon cœur, j’espère qu’il sera compétitif et à 100 % dans deux mois.”

Le Polonais a tout intérêt à l’être : son contrat à Anderlecht arrive à terme au mois de juin. Mais son entraîneur a tenu à le rassurer. “Je lui ai dit de ne pas se mettre tout cela en tête. Il doit penser à des objectifs à court terme, pas à sa carrière. Après, la vérité viendra des matches...”

Qui diront si Wasyl , devenu le symbole de tant de choses à Anderlecht, pourra un jour retrouver son meilleur niveau.

Le reste ne l’intéresse pas. Ne lui parlez donc pas d’hypothétiques retrouvailles avec Axel Witsel. Wasyl ne lit pas la presse. Il ne maîtrise pas assez le français. Et si un joueur devait réagir à tous les articles le concernant, il n’aurait plus le temps de s’entraîner” , ironise Jacobs.

Marcin Wasilewski a des choses plus importantes à faire. Comme relancer sa carrière.



© La Dernière Heure 2010