Message aux défenseurs de Charleroi : attachez vos ceintures. Une tornade ghanéenne risque de gâcher votre visite au stade Vanden Stock, dimanche soir. Frank Acheampong (19 ans) est le Usain Bolt d’Anderlecht, mais en plus de cela, il marque des buts. Sa récompense par but inscrit : une visite au restaurant thaïlandais. Voici sa première grande interview.

Alors Frank, le menu thaïlandais vous a plu ?

  "Oui. J’ai pris du khao phad kai, du riz sauté avec du poulet. En arrivant en Thaïlande, en 2011, c’était le seul plat que j’aimais. J’espère souvent être invité au resto thaïlandais, ici à Bruxelles. Mais le plus important, c’est de gagner."

  Vous avez mis deux buts jusqu’à présent. Deux du gauche après une accélération. Marquez-vous parfois du pied droit ?


  "Oui ! On se moque parfois de moi, en disant que je n’utilise mon pied droit que pour marcher. Mais en Thaïlande, j’ai inscrit deux buts importants du droit. Et ne sous-estimez pas mon jeu de tête. On ne me prend pas au sérieux, avec mon 1m69. Mais je saute haut. C’est ainsi que j’ai surpris le Milan AC en finale du tournoi de Viareggio. (NdlR : Milan s’est intéressé à lui par après) "

Vous méritiez un penalty à Beveren, mais vous ne vous êtes pas laissé tomber.


"Tant que je pense que je peux marquer, je reste debout. Sinon, je tombe."


Votre qualité principale est votre vitesse, Frank. Avez-vous déjà chronométré votre temps sur 100 mètres ?


"Non, je n’ai pas encore eu l’occasion. Je n’ose même pas dire que je suis le plus rapide de l’équipe. Massimo et Suarez sont également rapides. Et Kouyaté, pour un défenseur."


Ne vous appelle-t-on pas Bolt dans le groupe ?


"Non, tout le monde m’appelle Franky au lieu de Frank. Écoutez : j’adore voir Bolt courir. Mais j’ai lu que je veux courir comme lui. C’est faux. Je fais du foot, pas de l’athlétisme."

Vous avez déjà dit que vous étiez lent en tant que gamin.


"J’avais joué un match de foot quand j’étais jeune, et quelqu’un m’avait dit : Tu es très lent . Puisque je n’étais pas grand, je me suis dit que je devais travailler ma vitesse. Dans mon quartier, il y avait une colline bien connue. Tous les jours, je faisais des accélérations sur cette colline."


Votre vrai surnom, c’est Messi. Il figure également dans votre compte Twitter.


"Messi, je l’admire vraiment. J’essaie d’assimiler des facettes de son jeu. C’est au Ghana qu’on m’a donné ce surnom. Et le club de mon rêve, c’est Barcelone. C’est avec ce club-là que je joue toujours à la PlayStation contre Massimo, Najar et Mbemba. On habite dans la même maison."
Et ? "Avec Barcelone, je tue Anderlecht. (Rires) "