Le championnat chinois se termine le 4 novembre pour le Ghanéen mais il ne reviendra pas s’entraîner à Neerpede.

Il ne reste que deux journées de championnat en Chine. Deux journées qui compteront pour du beurre pour Tianjin Teda où Frank Acheampong est prêté par Anderlecht : le club est officiellement sauvé après avoir sorti une belle série de quatre victoires consécutives.

Frank Acheampong a fait du bon boulot depuis le mois d’août. "La situation était compliquée à son arrivée", explique Oliver König, l’agent du joueur. "Le club était mal embarqué en championnat et l’entraîneur n’avait plus de contrôle sur le vestiaire. Un nouveau coach est arrivé (NdlR : l’Allemand Uli Stielike) et il a remis de l’ordre. Ça n’a pas été simple au départ pour Frank. Il fallait s’adapter à un jeu totalement différent de ce qu’il connaissait en Europe. Dans un rôle de deuxième attaquant libre de ses mouvements sur le terrain, il a fini par s’épanouir. Et Tianjin a réussi sa mission de sauvetage."

Le club chinois doit maintenant décider s’il lève ou non l’option d’achat. Tianjin a payé 3 millions pour la location de 6 mois et doit ajouter 3,5 millions pour acheter définitivement le Ghanéen. "Frank est sous contrat jusqu’au 31 décembre en Chine. D’ici-là, les dirigeants décideront s’ils lèvent l’option ou pas. Ce que je peux vous dire, c’est que Frank se sent maintenant très bien en Chine et qu’il est content d’évoluer dans ce championnat où il croise de grandes stars toutes les semaines."

Après les deux dernières rencontres de championnat, Frank Acheampong rejoindra son équipe nationale (déjà éliminée de la course à la Coupe du Monde) s’il est sélectionné. Puis il prendra quelques jours de vacances. "Mais il n’est pas question qu’il revienne s’entraîner à Anderlecht (NdlR : comme Laurent Ciman le fera au Standard pendant la pause du championnat américain). S’il revient au Sporting, c’est à partir du 1er janvier si Tianjin n’a pas levé l’option d’achat."