Anderlecht confirme qu’il y a eu une entrevue, mais l’ex-patron du Standard ne reçoit pas (encore) de fonction officielle

BRUXELLES Anderlecht a confirmé, dans un communiqué officiel, que Luciano d’Onofrio pourrait aider le club dans l’avenir. “Le président du Royal Sporting Club Anderlecht, Monsieur Roger Vanden Stock, a rencontré ce lundi Monsieur Luciano D’Onofrio afin de discuter d’une collaboration sportive éventuelle. Ni plus, ni moins. Aucune décision n’a été prise. Le club s’abstient de tout commentaire”, indiquait le Sporting suite à notre révélation d’hier.

La rumeur de la collaboration circulait depuis quelques semaines, au Sporting. Roger Vanden Stock avait déjà été vu avec l’ancien patron du Standard. Mais afin de ne pas faire capoter les choses, les Mauves avaient noyé le poisson quand le sujet était abordé.

Lors de son dernier passage à Studio 1 La Tribune, Herman Van Holsbeeck avait confirmé que tous les différends avec D’Ono-frio avaient été aplanis. Quand Michel Lecomte lui avait demandé : “Avez-vous revu Lucien D’Onofrio ?” Van Holsbeeck a dit : “Non.” “Et votre président ?” insistait Lecomte. “Je ne sais pas”, répondait Van Holsbeeck, légèrement embêté.

Est-ce que D’Onofrio recevra une fonction officielle au sein du club ? Ce n’est pas encore déterminé, et pour le moment, ce n’est pas le cas. Le sujet est trop délicat, et la nouvelle est trop fraîche. Elle a déjà suscité bon nombre de réactions et de polémiques, surtout dans le chef des supporters.

Aussi bien les Standardmen que les Anderlechtois ne sont pas très enthousiastes à l’idée de voir Luciano débarquer au stade Vanden Stock (voir ci-dessous). “Le lâche”, réagit-on dans le camp liégeois. “Son image ne correspond pas à un club avec le standing d’Anderlecht”, dit-on autour du Parc Astrid.

Mais le Sporting ne songe qu’au côté positif : ses connexions dans l’Europe entière. D’Onofrio aurait déjà cité des noms de certains grands joueurs qui ont fait baver Vanden Stock.

Entre-temps, Lucien continue à prendre sa revanche sur le Standard. Il n’a pas digéré la manière dont il a dû quitter Sclessin au profit de Duchâtelet. Il aurait fait comprendre à ses proches que le Standard allait le payer. L’action en justice de Dominique, son frère, n’était qu’un premier pas.

Mine de rien, Anderlecht récupère tout ce qui a été de grande valeur pour les Rouches. Après Milan Jovanovic et Dieumerci Mbokani, c’est donc D’Onofrio qui va devenir mauve. Selon des mauvaises langues, Michel Preud’homme sera le prochain. Pourtant, la direction d’Anderlecht a été claire : Jacobs a la priorité : s’il veut resigner, il recevra un nouveau contrat.

© La Dernière Heure 2011