Anderlecht

Le porte-fort pour jeunes est légal!

Anderlecht a obtenu une victoire importante devant le Tribunal de première instance de Bruxelles. Mardi, le juge a décidé que le système du porte-fort, qu’Anderlecht applique pour garder ses meilleurs jeunes, est bel et bien légal. Il s’agit d’une jurisprudence très importante : elle permettra aux clubs belges de lier leurs joueurs afin d’éviter qu’ils ne partent à l’étranger.

En quoi consiste un porte-fort ? En échange d’une somme versée aux parents d’un joueur qui n’a pas encore seize ans, le joueur s’engage à signer un contrat pro quand il atteint ses seize ans et donc à se lier au club. Dans le cas de Jason Eyenga-Lokilo, 75.000 euros avaient été versés à ses parents quand il avait douze ans. Puisque son papa avait refusé - quand son fils avait seize ans - qu’il ne signe un contrat pro, Anderlecht l’avait attaqué en justice et avait réclamé 450.000 euros de dommages et intérêts. Le juge a limité le montant à 140.000 euros.

Le tribunal a estimé que le porte-fort "est valide en droit et n’affecte pas la liberté du joueur".

Et "vu que les parents n’ont pas respecté l’engagement pour lequel ils se sont portés garants, des dommages et intérêts sont dus au RSCA en raison du préjudice subi".

La décision protège et valorise la politique de formation développée par Anderlecht et par d’autres clubs qui travaillent avec ce système. La jurisprudence est un premier pas contre l’exode massif de jeunes talents belges.

Les Lokilo, qui doivent également payer les frais de justice, peuvent encore aller en appel. Pour le moment, Lokilo a 18 ans et évolue à Crystal Palace, mais n’a pas encore été repris dans le noyau A avec Christian Benteke.