Avant le déplacement à l’Antwerp ce vendredi soir, le RSCA a lancé la saison par sa traditionnelle conférence de presse de rentrée. Avec ambition comme mot d’ordre.

Les objectifs : "Ne pas rater la C1 avec encore plus d’argent"

La même question chaque année et la même réponse : "Nos ambitions ? On veut être champion, gagner une Coupe qu’on attend depuis longtemps et on rêve de franchir les poules en Ligue des Champions" , répond Roger Vanden Stock. "Le titre est encore plus important cette saison" , ajoute Herman Van Holsbeeck. "L’Uefa versera encore plus d’argent aux participants à la Ligue des Champions l’an prochain et on ne veut pas rater ça. On n’est pas les seuls : Gand a dépensé beaucoup d’argent pour retrouver le titre, Bruges est toujours un club du top qui n’a pas encore dit son dernier mot face à Istanbul malgré le 3-3 de l’aller et je n’oublie pas le potentiel de Genk et l’envie de revenir du Standard après deux années compliquées."

En Coupe d’Europe, Van Holsbeeck suit aussi son président : "Anderlecht a la cote en Europe, notamment grâce à son centre de formation. Ce serait bien de confirmer cette tendance par un bon résultat en C1 . On aimerait que les adversaires viennent au parc Astrid avec la peur au ventre. Mais le niveau est très différent de la Ligue Europa. Si le tirage est favorable, on pourra rêver d’une 2e place. Mais une 3e place et passer l’hiver en Ligue Europa serait très bien aussi."

Le match à l'Antwerp : "Pas peur pour notre sécurité"

Anderlecht ouvrira la saison 2017-2018 en Pro League ce vendredi soir avec un déplacement à l’Antwerp, de retour après 13 longues années de purgatoire. "Ce sera un gros défi car on ne s’attend pas un match facile là-bas. Même si l’équipe n’est pas encore totalement formée à un mois de la fin du mercato, je m’attends à affronter une équipe super motivée devant un public qui attend ça depuis si longtemps" , prévient Van Holsbeeck. La tenue du match a longtemps été incertaine avec les travaux entrepris au Bosuil. "Je n’ai pas peur pour notre sécurité. Avec tous les contrôles en Belgique, on pourra jouer sans crainte si le match est autorisé. Ce sera juste un peu bizarre de jouer avec toute une tribune en moins."

Bram Nuytinck : "Udinese et Leeds le voulaient"

Bram Nuytinck passera ses tests médicaux ce vendredi à Udine. Le transfert, qui rapportera près de 3 millions à Anderlecht, pourra alors être officialisé. Un transfert imprévu mais que Van Holsbeeck ne pouvait pas refuser. "Bram est venu me trouver en me disant : ‘Je vais avoir 27 ans, je suis 3e dans la hiérarchie, j’ai tout connu à Anderlecht et j’ai la possibilité de partir.’ J’ai appris qu’après un titre, il fallait laisser filer ceux qui perdaient un peu de motivation parce qu’ils étaient là depuis longtemps. Si tu les gardes, ils peuvent mettre une mauvaise ambiance dans le vestiaire. J’ai reçu deux offres sur mon bureau pour lui : une de l’Udinese et une de Leeds United. Finalement, on a trouvé un accord avec les Italiens. Weiler aurait aimé le conserver. Bram n’était pas le plus populaire chez les supporters mais à chaque fois qu’il a joué, il a fait de bons matchs."

Kara Mbodj : "On doit lui renvoyer l’ascenseur"

Mercredi en conférence de presse, Kara Mbodji a expliqué qu’il pourrait peut-être rester une année de plus au Sporting. C’est aussi ce que la direction souhaite. "Mais c’est du 50/50", temporise Van Holsbeeck. "On a un accord avec Kara, comme c’était le cas pour Acheampong. Il avait une offre incroyable de Leicester en janvier et il a accepté de rester. Pendant les six mois suivants, il a été super. On doit lui renvoyer l’ascenseur."

Il y a beaucoup d’intérêt pour le Sénégalais mais l’offre salariale et sportive qu’il ne pourrait pas refuser n’est pas encore tombée. "Ça ira peut-être jusqu’au 31 août. Je sais que si un club du style de Burnley rate son premier match en Premier League, il est capable de sortir le portefeuille. Et là, on ne pourra rien faire."

Le mercato : "J'aurais pu vendre Spajic 10 millions"

Avec le départ de Nuytinck et l’absence de concurrent à Obradovic, Anderlecht cherche encore à acheter deux joueurs cet été. Et même trois si Kara s’en va. "Oui, c’est bien ça" , confirme Van Holsbeeck. "On a toute une liste de joueurs mais il faut quelqu’un qui corresponde au profil voulu par le coach. Pour remplacer Nuytinck, on cherche un défenseur puissant mais aussi capable de bien relancer. Pour le même prix, on veut trouver quelqu’un de plus fort que Nuytinck. C’est le défi que je me suis fixé. On avait un nom en haut de la liste mais il a malheureusement signé ailleurs (NdlR : il évoque probablement Karim Rekik, parti au Hertha Berlin) ."

Les dirigeants ne vont pas se presser pour trouver les derniers chaînons de l’équipe. "J’ai déjà prévenu le coach qu’on pourrait attendre un peu pour prendre le meilleur possible. En fait, on cherche un 2e Spajic : un joueur dont le prêt était gratuit, qu’on a acheté 1,2 million et que j’aurais pu revendre 10 millions en Angleterre si j’avais voulu."

Leander Dendoncker : "Si on offre 30 millions, on aura un souci"

La semaine passée, les dirigeants anderlechtois et le clan Dendoncker (Leander, ses parents et son agent, Christophe Henrotay) ont eu une réunion à Neerpede. "C’était une première réunion où on a tous donné notre avis. On va maintenant attendre de voir s’il y a une offre ou pas" , précise Van Holsbeeck. "On veut le garder mais si un club veut donner entre 25 et 30 millions, on aura un souci (NdlR : pour refuser) . Il a beaucoup progressé les 6 derniers mois et tous les clubs du top l’ont sur leur liste depuis les deux matches contre Manchester United. Là, ils ont pu voir qu’il avait le potentiel pour jouer dans un tout grand club. Notre chance, c’est qu’il n’a pu jouer que deux matches face à une équipe de top niveau et que la Ligue des Champions ne commence qu’en septembre, quand le mercato est terminé. S’il joue encore 2-3 matches à ce niveau face à un club du style Barcelone, il sera parti." Le feuilleton Dendoncker ne pourra cependant pas se prolonger jusqu’au 31 août, vu la difficulté qu’il y aura de lui dégoter un remplaçant. "On fixera une deadline pour ne pas se retrouver le bec dans l’eau le dernier jour du mercato. Mi-août, ce serait bien. Si on le garde, on sait qu’il partira l’an prochain. J’essaie toujours de faire un plan de carrière. Je l’ai fait avec Tielemans et je veux le faire avec Dendoncker."

Emilio Ferrera : "Ferrera et Kindermans ensemble, ce serait super"

Dans une petite vidéo diffusée durant la conférence de presse, Emilio Ferrera expliquait "vouloir faire jouer toutes les équipes de jeunes du RSCA avec la même philosophie" . "Il peut nous apporter une plus-value" , ajoute Van Holsbeeck qui avait connu Ferrera comme entraîneur quand il était manager du Lierse au début des années 2000. "Jean Kindermans (NdlR : le directeur du centre de formation) a l’œil pour les jeunes et on lui adjoint quelqu’un qui a la méthodologie pour les entraînements. S’ils travaillent ensemble, ce sera super pour notre club. Mais il faut encore qu’ils puissent" , grimace-t-il…

Mile Svilar : "Il pense qu’il est déjà prêt à être le n°1…"

Mile Svilar est un autre dossier important du mercato. Un cas qui irrite un peu Roger Vanden Stock. "Svilar est le futur meilleur gardien d’Europe. Mais moi, je suis mon staff technique. S’il me dit qu’il n’est pas encore prêt, je lui fais confiance. En prenant Sels pour un an, on prépare la voie pour Svilar. Le problème, c’est que lui pense déjà qu’il est prêt pour être numéro 1. S’il veut absolument jouer tous les matches, une location serait la meilleure solution. Il a encore un an de contrat avec une option. Anderlecht peut-il lever cette option ? Ça discute. Nous lui avons donné une opportunité exceptionnelle pour se développer. Il a le devoir de nous rendre quelque chose. S’il veut quand même partir, on sera obligé de le lâcher. Mais espérons que notre solution (NdlR : attendre un an pour qu’il soit prêt) l’emportera."

Frank Acheampong : 3 millions pour le prêt + une option à 3,5

Il y a un peu plus d’un an, Herman Van Holsbeeck négociait avec un club chinois pour un transfert hors norme de Stefano Okaka. Un deal qui avait finalement capoté. Cet été, le manager général a réussi une affaire avec la Chine en louant Frank Acheampong à Tianjin TEDA. "J’ai appris à faire des affaires avec les Chinois. Avec Okaka, je ne savais pas encore très bien comment ça fonctionnait. Ici, on a obtenu un prêt aux normes chinoises. C’est un deal intéressant pour lui mais aussi pour nous. Les Chinois donnent des montants auxquels on n’est pas habitué…" Selon nos sources, Anderlecht a touché 3 millions pour la location, et l’option d’achat est fixée à 3,5 millions.