"Je laisse les autres calculer et penser aux scénarios possibles, dit-il. Moi, j’ai tout simplement envie de gagner ce dimanche contre l’Union. J’ai hâte de jouer ce match. Quelle est l’expression? La troisième fois est la bonne? Dans notre cas, c’est la quatrième fois qui doit être la bonne."

Depuis la dernière défaite à l’Union, Anderlecht montre un tout autre visage. Kompany: "Ce match à l’Union a servi de déclic. Et plus tôt dans la saison, c’est la défaite à l’Antwerp qui a servi de déclic. Cela arrive dans une saison de jouer des matchs catastrophiques. J’ai hâte de voir si on a progressé et si on peut faire le forcing contre l’Union."

Kompany n’arrêtait pas de parler des défaites contre l’Union. Visiblement, ce sont les chapitres les plus noirs de sa saison. "Je peux encore vous en citer depuis que je suis coach: le match à l’Antwerp de cette saison (2-0), le match au Beerschot de la saison passée (2-1), le match à Bruges de la saison 2019-2020 (2-1). Ce sont ces matchs-là qui me motivent le plus."

Pour terminer deuxième, il faudra que l’Antwerp donne un coup de main aux Mauves. Au moment de la conférence de presse des entraîneurs, Pierre Dwomoh déclarait dans la zone mixte: "Il nous reste une mission: éviter que Bruges soit champion dans notre stade."

Et Priske, il en pense quoi ? "On va tout faire pour gagner nos deux derniers matchs. Si Anderlecht peut en bénéficier, tant mieux pour Vincent Kompany. Je l’apprécie énormément et Anderlecht joue le plus beau football de Belgique." La réponse de Kompany : "Merci Brian. J’apprécie tes paroles."