Mais quel grand club voudra payer une fortune et lui garantir le poste de n° 1 ?

Anderlecht change son fusil d’épaule concernant ses gardiens : si Mile Svilar (bientôt 18 ans) veut vraiment partir, le Sporting ne le retient plus. Mais logiquement, les Mauves ne lui feront pas de cadeaux. Son prix de transfert est élevé. Et Anderlecht réclamera un gros pourcentage à la revente.

L’attitude de l’entourage du jeune gardien commence à énerver la direction du Sporting. Le plan de carrière établi par Herman Van Holsbeeck - Svilar comme numéro 1 la saison prochaine - ne plaît pas à Ratko, le papa de Mile. Il estime que son fils est déjà prêt pour être numéro 1. Au lieu d’une location, il veut un transfert définitif.

Pendant plusieurs années, Anderlecht a tout fait pour gâter le jeune gardien le plus talentueux de son histoire. Il a un très beau contrat pour un garçon de 17 ans et tous les bons jeunes qui auraient pu freiner son évolution - comme Liam Bossin, parti à Nottingham Forest - n’ont pas reçu leur chance. En échange, Anderlecht s’attendait à plus de courtoisie de la part du clan Svilar.

Mile est donc à la recherche d’un bon club où il sera numéro 1. Même s’il est très bien coté auprès de tous les grands clubs d’Europe, peu de clubs pourront lui faire cette promesse. Surtout à ce moment de la saison. Svilar n’est donc pas encore parti.

Et Davy Roef ? Il a dépassé Svilar dans la hiérarchie des gardiens. Depuis le début de la préparation, il laisse une excellente impression à tout le monde, y compris à René Weiler, qui n’était pas fan la saison passée. Mais il va de soi que Roef veut jouer.

L’Excelsior Rotterdam était une bonne solution, mais Weiler a dit non. Quand Boeckx sera de retour, Roef risque d’être numéro 3. Ce n’est pas le plan de carrière qu’il avait en tête. Il va donc insister pour pouvoir être prêté. Hormis Rotterdam, quelques autres candidats se sont manifestés.