Via Facebook, Vincent Kompany a parlé aux fans : il confirme que le mercato sera light.

Relax comme toujours, Vincent Kompany s’est adressé pendant 20 minutes aux supporters via la page Facebook d’Anderlecht. Son discours était - évidemment - convaincant.

1 Le mercato

"Ne bloquons pas Colassin"

"Le but est de renforcer l’équipe, mais cela dépend de notre situation financière. On doit être malins et ne pas commettre les erreurs du passé. On doit donner la possibilité à nos jeunes actuels de se développer. En ce moment, on n’a pas assez d’argent pour être ultra-ambitieux au niveau des transferts. Nos meilleurs transferts viendront peut-être de notre propre noyau. Si on ajoute ‘vite vite’ un attaquant pour six mois en espérant qu’il va nous sauver, on bloque peut-être la progression de Colassin. Moi, je préfère protéger son avenir. Les leçons du passé montrent qu’il faut prendre son temps et opter pour de vrais renforts qui peuvent entourer nos jeunes."

2 Les résultats

"J’ai dû nettoyer le noyau de 58 joueurs"

"On a d’abord dû nettoyer le noyau de 58 joueurs, et cela a pris plus de temps que prévu. Il y avait des joueurs qui n’étaient pas connus ni par moi ni par… Anderlecht. Et quand on joue avec quatre gars de 17 ans, cela coûte parfois des points, même s’ils ont du talent. Mais si on avait relancé des joueurs plus âgés, on aurait fait du surplace. On était réalistes, on savait que les résultats pouvaient être décevants."

3 Les critiques

"Elles servent à nous motiver"

"On utilise les critiques pour nous motiver. Avant le match, les supporters ont dit : ‘Nous contre le reste.’ C’est ce que nous ressentons. On va au combat avec qui que ce soit. On est prêts à renverser la vapeur. On n’est pas influencés par ce que le monde extérieur dit. Et quand quelque chose filtre, cela stimule notre motivation. Même dans des moments difficiles, on n’a pas su nous déstabiliser. Rira bien qui rira le dernier."

4 Le projet

"Aucun club n’est trop grand pour tomber"

"Je crois tellement fort au résultat final. Je n’ai pas encore regretté une seconde de m’être lancé dans ce projet. Et imaginez-vous qu’on réalise nos objectifs. Ce serait d’autant plus beau. Ne faisons pas l’erreur de dire : ‘Nous sommes Anderlecht’ sans comprendre l’historique des dernières années. Il faut savoir pourquoi on est dans cette situation et à quel point elle est dangereuse. Je fais souvent référence à Arsenal, Manchester United, AC Milan et aux Glasgow Rangers : aucun club n’est trop grand pour tomber. Moi je dis : e n suivant un plan et une trajectoire, on peut arriver à un Anderlecht qui, dans le futur, ne sera pas au top pendant un an comme par le passé, mais pendant dix ans, s’il le faut. Mais cette trajectoire ne s’installe pas du jour au lendemain."

5 Sa carrière

"Je jouerai encore certainement 2,5 ans !"

"J’ai un contrat de 3 ans. Il me reste 2,5 ans, et je n’ai pas l’habitude d’abandonner. Je m’amuse et j’ai beaucoup de fierté de porter le maillot d’Anderlecht. Mon objectif est de jouer et de ramener l’équipe à un niveau qui permet au club d’aller plus loin encore."

Y. T.