Herman Van Holsbeeck semble accorder plus d'importance à ce match amical qu'Ariël Jacobs

LA MANGA Anderlecht, battu mercredi 4-0 par Carthagène, une équipe de D3 espagnole, a intérêt à se montrer meilleur cet après-midi (17 h) face au PSV Eindhoven, sous peine de se prendre une nouvelle claque.

Hier encore , Ariël Jacobs relativisait le récent revers. "Je préfère la situation actuelle que celle de l'an passé, quand nous avions perdu 2-0 face à cette même équipe", explique l'entraîneur anderlechtois. "Car j'ai vu certaines bonnes choses. Dans ce genre de match, je ne donne pas de consignes sur les phases arrêtées : c'est aux joueurs de prendre l'initiative et ils ne l'ont pas fait. C'est dommage, mais ce qui me dérange plus, c'est la façon dont nous avons pris le troisième et le dernier but." La défense anderlechtoise s'était en effet montrée fort passive sur ces phases...

Mais Jacobs n'accordera pas plus d'importance au match contre le PSV qu'à celui contre Carthagène. Il avait d'ailleurs demandé de disputer cette rencontre sous la forme de trois périodes de 30 minutes, mais les Néerlandais ont refusé.

Le discours des dirigeants du Sporting est sensiblement différent : une lourde défaite face au PSV, ça ferait tout de même mauvais genre...

"Le président m'a appelé quand il a vu le score de 4-0", raconte Herman Van Holsbeeck. "J'ai remis les choses dans leur contexte car les gens en Belgique ne doivent pas tirer de conclusions de ce match sans l'avoir vu. Maintenant, ce match contre le PSV nous permettra de voir beaucoup plus clair sur le déroulement du stage."

Cette rencontre sera aussi l'occasion de voir à l'œuvre Tom De Sutter dans le contexte d'un match sérieux. "À l'entraînement, il exprime déjà ses qualités", constate Van Holsbeeck. "Pendant deux ans, nous avons été trop dépendants de Frutos et De Sutter va nous offrir une bonne alternative."



© La Dernière Heure 2009