Son départ dès cet été se précise tant l’intérêt est grand et prestigieux

ANDERLECHT Dans les catacombes du Jan Breydel Stadion à la fin du match au Cercle où il a brillé, Cheikhou Kouyaté a avoué pour la toute première fois qu’un départ était clairement envisageable. Avant cela, il avait toujours clamé haut et fort son envie de rester au Sporting. Pourquoi ? Parce que l’intérêt, qui existe depuis longtemps pour le défenseur sénégalais, se fait de plus en plus pressant.

Des clubs éparpillés dans tous les coins de l’Europe (dont l’AS Rome qui est totalement sous le charme mais qui n’a pas les moyens financiers) ont repéré son talent mais la route de Kouyaté a de grandes chances d’aboutir à Londres. Arsenal, Chelsea (dont le scout Tony White multiplie actuellement les contacts en Belgique pour prendre la main sur ce dossier) et Tottenham, rivaux sur le terrain, le sont aussi autour de Kouyaté. Un représentant du joueur anderlechtois était d’ailleurs dans la capitale anglaise hier pour négocier avec différentes agences de management locales, histoire d’optimiser l’éventuel transfert.

Pour jouer en Premier League , il faut appartenir à l’un des membres de l’Union européenne ou avoir joué 75 % des matches internationaux de son pays sur les deux dernières années.

Actuellement, Cheikhou Kouyaté ne remplit aucune des deux conditions. Le Sénégalais ne devrait cependant pas avoir de souci pour obtenir le droit de se produire en Angleterre. Son dossier de naturalisation belge est sur le point d’être finalisé (encore quelques semaines). Il s’est aussi imposé en équipe nationale ces derniers mois. Des arguments suffisants pour recevoir le permis spécial, accordé avec parcimonie par un jury anglais pour de jeunes talents étrangers. Il en avait aussi été question pour Matias Suarez mais l’Argentin , qui n’avait pas demandé la nationalité belge, n’avait jamais joué pour son équipe nationale et était déjà plus âgé.

Du côté d’Anderlecht, on est conscient de l’intérêt suscité par Cheikhou Kouyaté. L’idée première était de le vendre l’été prochain mais l’éclosion rapide du défenseur et le faux départ de Suarez ont changé la donne. Les dirigeants sont donc prêts à écouter les offres à condition de s’y retrouver financièrement. On parle d’un montant de minimum sept millions (même si Anderlecht en demande officiellement dix) que différents bonus pourraient largement faire monter.



© La Dernière Heure 2012