Il n'a joué que 25 % du temps de jeu possible : cela ne lui plaît pas

ANDERLECHT Ce n'est pas avec le sourire que Bart Goor passe ses jours à Anderlecht, ces derniers temps. Goor déteste le banc, et cette saison, il n'a pratiquement rien connu d'autre. Des dix matches de championnat, il n'a joué qu'une fois les 90 minutes (0-3 au Cercle). Son seul autre match comme titulaire était à Zulte-Waregem, où il a été sacrifié à la mi-temps. Depuis lors, il n'a plus joué une minute. Il n'a joué que 232 minutes des 900, ou 25 % du temps de jeu. Jusqu'à présent, il avait joué 219 matches de championnat en huit ans au Sporting, soit 27,3 par saison.

Le statut de réserviste de Goor n'est pas une surprise. La saison passée, la direction lui avait fait comprendre qu'il ne pouvait resigner un contrat (revu à la baisse) que s'il acceptait d'être dépanneur. Par amour du club et par fierté, le Campinois avait accepté, se disant que son expérience l'aiderait à récupérer son poste de titulaire.

Le Cercle le veut, mais il trouve le déplacement trop loin

Il s'est trompé. Mais malgré ses 35 ans, Goor reste très ambitieux. Dès lors, il est fort possible qu'il cherche un autre club (belge) en janvier. C'est un secret de polichinelle que son ami Glen De Boeck le voudrait au Cercle (le transfert cadrerait dans la collaboration entre les deux clubs), mais Goor ne veut pas faire le long déplacement à Bruges tous les jours, et ne veut pas évoluer au poste d'arrière gauche, comme De Boeck le souhaiterait.

Entre-temps, il évite de faire la guerre à Anderlecht. "Non, je ne parle pas , nous disait-il après le match (90 minutes sur le banc) au GB. "Même si ce n'est pas une situation facile, je reste calme. "



© La Dernière Heure 2008